Archives par étiquette : regarder

Une approche pragmatique du regard sur les images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 3/6   –   Revenir à l’épisode précédent 2/6

Couteau suisse marqué de l’œil d'Horus, devant un écran TV éteint.

Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

D’après mes recherches bibliographiques, très peu semble avoir été fait jusqu’à présent, pour répondre directement et surtout de manière approfondie à cette question. Certes, de nombreux propos évoquent explicitement la responsabilité par rapport à l’image. Mais le plus souvent, c’est la responsabilité du diffuseur qui est discutée. On soupçonne vite de moralisme celui qui parle de mieux choisir les images regardées. Finalement, dans la sphère scientifique, on préfère éluder la question, ce qui revient à faire comme si le spectateur n’avait aucune responsabilité dans l’expérience qu’il fait en regardant des images. On ne cherche pas à éclairer l’exercice de cette responsabilité.

Obtenir un résultat opérationnel…

Aborder la relation aux images sous l’angle du spectateur, sous l’angle de sa responsabilité dans l’expérience qu’il en fait et de ce qu’il peut en tirer pour lui-même : tel semble être une approche rarement entreprise.

Afin d’être le plus clair possible, il est bon de préciser une fois pour toute qu’il n’est pas question ici de rendre compte des choix qui se font, même si l’étude des choix effectués est naturellement intéressante. La question présente est celle d’un spectateur qui souhaite effectuer des choix plus profitables pour lui-même. Et pour l’y aider, on cherche le moyen qui l’aiderait à discerner la valeur pour lui d’une expérience donnée d’image d’information.

Quel que soit le résultat obtenu par cette réflexion, il sera positif s’il est au moins applicable à la pratique du regard. Autrement dit, la réponse à la question posée doit consister en des éléments rationnels qui soutiennent le discernement d’un spectateur en situation.

… Selon une approche pragmatique

Atteindre l’objectif visé passe par une compréhension de la relation du spectateur aux images. A cette fin, j’ai choisi une approche pragmatique, sous la direction de Marie-Dominique Popelard (Art et communication, Paris 3).

Je n’entends pas « pragmatique » au sens courant du mot. Couramment, on qualifie de pragmatique celui qui adapte ses décisions aux faits réels, à la situation concrète au sein de laquelle il doit prendre ses décisions, éventuellement au détriment d’une vision ou d’un idéal. Sa priorité est l’accomplissement de l’action, l’atteinte d’un résultat.

Ici, en fait, je me réfère au courant de philosophie pragmatique, inauguré par Charles Sanders Peirce entre autres. Mon approche est d’ordre pragmatique parce que c’est une situation communicationnelle complète qui est prise en charge. L’ambition est de ne rien omettre de ce qui peut engendrer l’expérience de celui qui regarde. La situation étudiée comprend ainsi le spectateur, l’image, celui qui montre l’image et enfin, le contexte dans lequel l’image est regardée. En un mot, ce n’est pas l’image seule qui est l’objet de mon étude, comme cela aurait été le cas en sémiologie, mais l’expérience qu’on peut en faire.

Est-ce faisable ?

Dès lors, ne se trouve-t-on pas devant quelque chose de totalement insaisissable, tant sont nombreuses les variables qui peuvent affecter nos expériences d’image ? Un unique spectateur peut faire mille expériences d’une même image au cours de son existence.

Oui, sur ce chemin, il faudra sans doute lâcher prise. Il faudra renoncer à attacher à chaque image rencontrée une valeur définie pour toujours de manière universelle. Si on le fait cependant dans le courant de la réflexion, il faudra accepter la fragilité d’un tel jugement, son caractère relatif.  Une telle approche est susceptible de déboucher sur l’exigence pour le spectateur responsable d’une constante vigilance devant les images. De fait, notre approche cible la relation aux images, non une connaissance encyclopédique de la valeur des images.

La question initiale demeure

Quelle que soit la faisabilité d’une telle approche, il me semble que rien ne peut éteindre la question du spectateur qui fait face à la profusion des images : pourquoi regarder telle ou telle image ? Celle-ci plutôt que telle autre ?

Trois problèmes se présentent au spectateur qui veut choisir ses images plus rationnellement.

Spectateurs intéressés par mon questionnement, vous m’avez aidé à mettre le doigt sur ces trois grandes difficultés qui, si elles étaient résolues, ouvriraient la voie à une solution.

Rendez-vous dans l’épisode 4/6 : « Trois problèmes autour du choix des images ».


Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Pourquoi et comment choisir les images d’information que l’on regarde ?

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 2/6   –   Revenir à l’épisode précédent 1/6

Vue subjective sur un iPad qu'on manipule, en passant d'une image de papillon à la page d'une description sur les oiseaux.

Je suis spectateur. Sous mon regard, une pléthore d’images fixes ou audiovisuelles disponibles. Il y a de tout. Je ne regarde pas tout, mais je ne regarde pas tout ce que je veux. Comme beaucoup, en tant que spectateur de médias visuels et audiovisuels, j’éprouve une certaine passivité face à cette profusion d’images. Finalement, c’est comme si les plus tapageuses, en tout cas les plus efficaces, s’imposaient à mes yeux.

Or, d’une part, de nature, je crois que je n’aime pas me laisser faire. D’autre part, une fois regardées, les images les plus accrocheuses ne me laissent pas souvent une saveur agréable en bouche. Naturellement, j’en suis venu à me méfier de l’environnement visuel. Autrement dit, je pars avec un a priori négatif concernant les images que je n’ai pas cherchées moi-même. Ainsi, dans les espaces publics, j’essaie souvent d’éviter les surfaces d’où surgissent les images. Sans trop de succès d’ailleurs ! Dans mon foyer en revanche, je peux organiser l’occupation de l’espace. Le téléviseur minuscule (diagonale : 45 cm) est coincé dans une étagère, elle-même excentrée au sein du lieu de vie. Pas de siège devant, d’ailleurs. L’écran TV est snobé. Je lui préfère l’écoute de la radio, et plus encore de podcasts audio d’émissions choisies.

Une valeur existentielle des images ?

Pourtant j’aime les images ! Pas question de m’en passer. Je me nourris d’images. Je ne compte pas celles que j’ai eu plaisir à regarder, celles qui m’ont fait remonter à la surface, éprouver de nouveau le goût de vivre. J’ai si souvent expérimenté le pouvoir particulier que peuvent avoir des images de me sortir de la brume intérieure, de me remettre dans un rapport au monde qui m’apparaît plus juste, tout en me redonnant l’élan vital, la confiance en la vie, en un mot : le désir. Fort de cette expérience, je suis convaincu qu’il peut y avoir du bon dans les images, et même du très bon. Il ne s’agit pas d’une valeur esthétique, mais d’une valeur existentielle des images, que j’aurais expérimentée.

A ce stade, cependant, tout ce que je savais se réduisait à une expérience personnelle. A un lieu et à un instant donné, une image peut jouer un rôle dans l’existence d’un individu donné.

N’y a t-il que le hasard qui guidera nos expériences d’image ? Ou le spectateur peut-il accéder à une connaissance des images qui l’aide à orienter ses choix selon ce qu’il recherche ?

Établir une telle connaissance passerait par la découverte de ce qui, dans les images, porte une valeur existentielle. Quelle science rend compte de cette réalité ? Quelle rationalité des images permettrait d’en discuter entre spectateurs désireux de tirer meilleur profit des images disponibles à leur regard ? Pourrait-on discerner dans notre relation aux images des points d’appréhension, comme des repères cartographiques, qui soutiendraient le discernement du spectateur dans la forêt des images ?

A la recherche d’un savoir-faire de spectateur

Il se trouve que l’on constate à l’expérience que les images ont eu une valeur variable pour soi, spectateur. Mais in fine, peu importe que les images aient une valeur en elles-même. Le but final n’est pas un discours sur l’essence des images. Je cherche au fond un art de regarder les images. Un savoir-faire de spectateur.

Pour amorcer cette quête, je me suis concentré sur la simple question du choix des images regardées. Cela paraît être le paramètre le plus manifestement modifiable de notre relation aux images. Celui sur lequel, à première vue, il nous paraît le plus facile d’agir. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

Le choix des images d’information

Génériques de JT

Afin d’appuyer la réflexion sur des images visuelles concrètes, j’ai choisi le champ des images audiovisuelles d’information. Les images d’information ne désignent pas un champ facile à circonscrire. Admettons ici que les images d’information sont celles qui sont généralement reconnues comme telles par les spectateurs. Le spectateur lambda voit ces images comme montrant le réel sans mise en scène et sans acteur. C’est le genre des images d’actualité. Couramment, il s’agit de reportages du journal télévisé formatés à 1’30’’ souvent introduits et reliés entre eux par un présentateur en plateau. Mais j’inclus également dans les images audiovisuelles d’information jusqu’aux films documentaires, moins regardés, en passant par les reportages plus longs d’émissions magazines comme « Envoyé Spécial ».

Comment approcher un tel problème, où il ne s’agit pas tant de décrire un phénomène, que de fournir une connaissance opérationnelle ? Ce qui, soit dit en passant, n’est pas commun dans la sphère universitaire.

… Vous le saurez en lisant l’épisode 3 : « Une approche pragmatique du regard sur les images ».


NB : Corpus des 10 séquences audiovisuelles choisies pour illustrer le propos.
Image de la liste Youtube des 10 vidéos citées dans le mémoire.

8 critères pour choisir ses images

Dernière mise à jour le 8 juin, tenant compte des commentaires 1 et 3, merci à Patrick Peccatte.

Femme-tete-écrans_redimM’appuyant sur la lecture d’Homo Spectator (Marie José Mondzain), je vous propose de tester cette grille-carte-boussole sur vos prochaines expériences en matière d’images, pour voir dans quel sens souffle le vent dans votre relation à une image que vous regardez. Combien verrez-vous de drapeaux verts ? Si certains critères vous paraissent obscurs, c’est bien normal, il y aura bientôt des éclairages là-dessus. (Lire la source, Homo Spectator, peut relever de la gageure !)

Meilleure lisibilité de la carte : voir en fin d’article.

8 reperes pour choisir ses images

Allez, je me lance en premier. Je vous propose ma propre utilisation de cette boussole sur le reportage précédemment regardé, de BFMTV (cf. article de février), puis sur un reportage diffusé 13 heures plus tard sur le même sujet dans le 20h00 de TF1.

BFMTV

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bLZvPn5ux3Y[/youtube]

Gro-grosse surprise : aucun drapeau vert !

‘4. Autorité’ et ‘7. Confiance’ sont tangeants.

Bon, est-ce que TF1 fera mieux ?

TF1

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=BEUI-Ippa1w[/youtube]

Seulement un drapeau vert pour ‘8. Aide’ car le reportage resitue cet événement par rapport à la normalité : « c’est exceptionnel, et l’administration aurait réagi efficacement. » Notons aussi que pour ‘5. Respect’, TF1 fait mieux en floutant complètement le visage de la jeune femme. Elle récolte quand même une croix orange pour divulguer le portrait et le nom du directeur de prison, qui écope ainsi d’une 2e peine : la honte en public !

TF1 n’avait pas traité cette info dans le 13h00, ce jour-là, on sent peut-être le recul procuré par 24 heures de traitement journalistique ?

Est-ce praticable ?

Je vous écoute, justement…

Vous allez dire : « qu’est-ce que c’est manichéen ! La réalité est plus complexe. » Oui mais il faut rester simple si on veut bâtir quelque chose de praticable. 8 critères, c’est déjà beaucoup trop ! Je pense aboutir à 6 pour la version n°1 publiée dans le mémoire remis prochainement.

En fait, vous remarquerez que les critères se recoupent bien souvent. Ce sont autant d’entrées dans la même idée, centrale chez Marie Josée Mondzain, qui est celle-ci. Regarder cette image, est-ce que ça me construit – ou me maintient – sujet libre, parlant, désirant et agissant ? Ou est-ce que cela m’anéantit, en me faisant rejoindre la masse indistincte d’un public dont on s’arrache des parts d’audience ? Deux pôles susceptibles d’orienter une dynamique engendrée en nous par les images que nous regardons. Dans telle ou telle expérience que le spectateur fait d’une image, quelle orientation prévaut ?

8 critères, ce sont 8 possibilités de relire son expérience de l’image, en direct ou juste après. Si un critère ne marche pas, essayez un autre. Les essayer tous permet de vérifier une tendance lourde.

Notez aussi que le contexte joue sur une expérience donnée. Cette boussole pourra peut-être orienter mes choix dans le contexte de mes usages. Par exemple, pour une même image donnée, je choisis volontairement de la regarder plus tard. J’attends le cadre d’un documentaire qui a du recul et du temps d’explication, pour accepter de regarder la vague désastreuse du tsunami de 2011. (C’est ce que je ne fis pas).

A vous !


P.S :  Homo Spectator a été publié par Bayard éditions en 2007.

La boussole a été réalisée avec le logiciel gratuit d’arborescences logiques  Xmind.

8 reperes pour choisir ses images