Archives par étiquette : réception

Une approche pragmatique du regard sur les images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 3/6   –   Revenir à l’épisode précédent 2/6

Couteau suisse marqué de l’œil d'Horus, devant un écran TV éteint.

Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

D’après mes recherches bibliographiques, très peu semble avoir été fait jusqu’à présent, pour répondre directement et surtout de manière approfondie à cette question. Certes, de nombreux propos évoquent explicitement la responsabilité par rapport à l’image. Mais le plus souvent, c’est la responsabilité du diffuseur qui est discutée. On soupçonne vite de moralisme celui qui parle de mieux choisir les images regardées. Finalement, dans la sphère scientifique, on préfère éluder la question, ce qui revient à faire comme si le spectateur n’avait aucune responsabilité dans l’expérience qu’il fait en regardant des images. On ne cherche pas à éclairer l’exercice de cette responsabilité.

Obtenir un résultat opérationnel…

Aborder la relation aux images sous l’angle du spectateur, sous l’angle de sa responsabilité dans l’expérience qu’il en fait et de ce qu’il peut en tirer pour lui-même : tel semble être une approche rarement entreprise.

Afin d’être le plus clair possible, il est bon de préciser une fois pour toute qu’il n’est pas question ici de rendre compte des choix qui se font, même si l’étude des choix effectués est naturellement intéressante. La question présente est celle d’un spectateur qui souhaite effectuer des choix plus profitables pour lui-même. Et pour l’y aider, on cherche le moyen qui l’aiderait à discerner la valeur pour lui d’une expérience donnée d’image d’information.

Quel que soit le résultat obtenu par cette réflexion, il sera positif s’il est au moins applicable à la pratique du regard. Autrement dit, la réponse à la question posée doit consister en des éléments rationnels qui soutiennent le discernement d’un spectateur en situation.

… Selon une approche pragmatique

Atteindre l’objectif visé passe par une compréhension de la relation du spectateur aux images. A cette fin, j’ai choisi une approche pragmatique, sous la direction de Marie-Dominique Popelard (Art et communication, Paris 3).

Je n’entends pas « pragmatique » au sens courant du mot. Couramment, on qualifie de pragmatique celui qui adapte ses décisions aux faits réels, à la situation concrète au sein de laquelle il doit prendre ses décisions, éventuellement au détriment d’une vision ou d’un idéal. Sa priorité est l’accomplissement de l’action, l’atteinte d’un résultat.

Ici, en fait, je me réfère au courant de philosophie pragmatique, inauguré par Charles Sanders Peirce entre autres. Mon approche est d’ordre pragmatique parce que c’est une situation communicationnelle complète qui est prise en charge. L’ambition est de ne rien omettre de ce qui peut engendrer l’expérience de celui qui regarde. La situation étudiée comprend ainsi le spectateur, l’image, celui qui montre l’image et enfin, le contexte dans lequel l’image est regardée. En un mot, ce n’est pas l’image seule qui est l’objet de mon étude, comme cela aurait été le cas en sémiologie, mais l’expérience qu’on peut en faire.

Est-ce faisable ?

Dès lors, ne se trouve-t-on pas devant quelque chose de totalement insaisissable, tant sont nombreuses les variables qui peuvent affecter nos expériences d’image ? Un unique spectateur peut faire mille expériences d’une même image au cours de son existence.

Oui, sur ce chemin, il faudra sans doute lâcher prise. Il faudra renoncer à attacher à chaque image rencontrée une valeur définie pour toujours de manière universelle. Si on le fait cependant dans le courant de la réflexion, il faudra accepter la fragilité d’un tel jugement, son caractère relatif.  Une telle approche est susceptible de déboucher sur l’exigence pour le spectateur responsable d’une constante vigilance devant les images. De fait, notre approche cible la relation aux images, non une connaissance encyclopédique de la valeur des images.

La question initiale demeure

Quelle que soit la faisabilité d’une telle approche, il me semble que rien ne peut éteindre la question du spectateur qui fait face à la profusion des images : pourquoi regarder telle ou telle image ? Celle-ci plutôt que telle autre ?

Trois problèmes se présentent au spectateur qui veut choisir ses images plus rationnellement.

Spectateurs intéressés par mon questionnement, vous m’avez aidé à mettre le doigt sur ces trois grandes difficultés qui, si elles étaient résolues, ouvriraient la voie à une solution.

Rendez-vous dans l’épisode 4/6 : « Trois problèmes autour du choix des images ».


Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Le choix du regard sur les images d’information

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 1/6

Mur d'écran

Face à un reportage de JT ordinaire, pourquoi ne pas exercer une fois de temps en temps quelque étonnement ? Histoire de s’interroger, non plus seulement sur ce qu’on nous montre, mais aussi sur ce que nous regardons.

Je m’interroge sur la relation du spectateur aux images audiovisuelles. En tout premier j’ai saisi la question du choix. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ? Le but est pratique. On étudie beaucoup les choix qui se font. Mais je cherche ce qui peut instruire un choix qui est encore à faire, à l’échelle de chaque spectateur.

Au terme d’une première étape, ma recherche débutante m’a conduit à proposer en réponse 8 critères, puis finalement 6, pour choisir ses images d’information. A titre expérimental, je propose ainsi six foyers de questions à la disposition d’un spectateur qui veut apprécier le relief de ses expériences personnelles d’images.

D’où viennent donc ces six critères ? Comment les comprendre et les utiliser ? Sur quelles questions débouche ma recherche ? Les 5 articles suivants répondent à ces questions. Le premier raconte la naissance de ma question de départ, « Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ? », pour mieux la comprendre.

Aller à l’épisode suivant.

Le rapport entre le récit et l’image

BFMTV, début octobre

Stéphane Rozès sur France Culture hier, à propos d’images audiovisuelles d’actualité de ces derniers jours. L’image est plus forte que le récit qui l’accompagne si ce dernier n’est pas assez puissant ou déjà bien installé dans l’esprit des téléspectateurs.

C’est ce qui arrive à François Hollande à Echirolles ces derniers jours (1er octobre). Si l’on se fie aux commentaires de l’actualité, il est perçu selon la même image que celle de son prédécesseur, alors même que ses déclarations sont d’un style opposé.

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/xu0flq_francois-hollande-interpelle-a-echirolles_news[/dailymotion]

Si le premier lien vers la chronique de monsieur Rozès ne fonctionnait pas, en voici un autre :

Le monde selon Stéphane Rozès – 8 octobre 2012