Archives par étiquette : information

L’image n’est pas un objet

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 5/6   –   Revenir à l’épisode précédent 4/6

On sait que les images ne sont pas des objets comme les autres, et c’est sans doute pour cela que parler de choix en la matière est délicat. Ce ne sont pas des choses. Ou bien alors, ce sont des choses qui renvoient à autre chose. Comme le dit Georges Didi-Huberman, « l’image est toujours image d’autre chose. »

Ainsi une image n’est pas une chose comme une autre, l’image n’est pas un objet.

Mais attention, direz-vous : il ne faut pas confondre les images et l’image… L’image peut aussi désigner l’expérience du spectateur qui regarde une image, le phénomène qu’occasionne la rencontre d’une image.

Comme on l’a vu dans l’article précédent, choisir les images que l’on regarde pose trois problèmes épineux. Si on met à part le premier – « est-ce qu’on a vraiment le choix ? » -, dont on pourra reparler à l’occasion, il en reste deux. La réflexion de Marie José Mondzain ouvre un chemin fructueux pour surmonter les problèmes n°2 et 3.

Lisant son Homo Spectator, on vit comme une plongée verticale dans la compréhension de l’image. Sa pensée toute singulière de l’image s’alimente aux sources de l’histoire, de la théologie, de la philosophie, de l’anthropologie et parfois de la psychanalyse. En partageant son cheminement sur l’image, on récolte premièrement des raisons de se soucier des images que l’on regarde et deuxièmement un horizon pour discerner la valeur de son expérience d’une image.

Des raisons de se soucier des images que l’on regarde

Nous disions qu’il faut distinguer les images et l’image.

Au sens le plus courant, les images sont ces objets visuels curieux dans la mesure où ils n’ont d’autres fonctions que d’être des objets pour le regard des humains. Présentement, on s’interroge sur ce qui peut en particulier appuyer le choix réfléchi des images audiovisuelles d’information.

L’image, en revanche, qu’est-ce que c’est ? Le mot peut désigner bien des choses. Marie José Mondzain s’en sert quant à elle pour nommer un processus, une dynamique, dont seul serait capable l’être humain, et qui peut donner lieu à des choses comme celle-là.

Main négative dans la grotte Chauvet (-30 000 ans av JC)

Ce que l’on voit ci-dessus est l’une des plus anciennes images visuelles connues à ce jour. Les paléontologues appellent cela une main négative. Marie José Mondzain imagine le récit de sa création. Imaginant ce récit, elle y trouve le sens fondamental de l’image (l’image en général). La fiction lui sert à comprendre l’expérience humaine fondamentale dont la main négative est la trace.

Selon ses mots, l’existence de la main négative suppose le pouvoir d’effectuer des opérations imageantes. Les opérations imageantes rendent l’homme capable d’échanger des signes, comme des images visuelles  ou des paroles. Ces échanges de signes sont le moyen privilégié qui permet aux humains de vivre des relations de sujet à sujet. Dans ces relations intersubjectives, l’autre humain n’est pas considéré comme un objet, mais comme un sujet à l’égal de soi-même.

Ainsi, est sujet celui qui est capable de voir dans certains objets – dont font partie les dessins – un signe adressé par un autre humain à lui-même.

Si l’homme voit une image quand il aperçoit une image visuelle, c’est parce qu’il est doué d’un pouvoir imageant. Devant une image visuelle, celui qui regarde voit effectivement une image, seulement s’il est capable de ce processus que Marie José Mondzain nomme l’image, au singulier. Ainsi, dans sa réflexion, le sens du mot image subit un glissement. Elle ne l’utilise plus pour désigner une classe d’objet. Elle l’utilise pour désigner une action, l’ensemble des opérations imageantes, ou bien une faculté, le pouvoir imageant. Ainsi, l’homme est doué d’image.visage humain, tâches de couleur, circuits électroniques

L’image rend l’homme capable d’une relation de sujet à sujet. Grâce à l’image, l’homme accède à la vie morale et politique, à la culture. A ce titre, il me paraît raisonnable d’admettre que le regard des images compte assez dans l’accomplissement d’une existence humaine pour que le spectateur prenne soin de ce qu’il regarde.

Mais toutes les images visuelles, à l’expérience, ne relèvent pas de l’image au sens où Mondzain l’entend. Je me souviens ainsi de ce reportage de BFMTV qui me fit faire une expérience à l’arrière-goût douteux. Au lieu d’instaurer des relations respectueuses entre spectateur, auteur et personnes présentées dans le reportage, l’image d’information semble y devenir une confiserie pour les yeux du spectateur fatigué. Bien sûr, c’est une expérience banale que tout un chacun aura déjà maintes fois vécue au contact des images. Il y a des images visuelles qui, par le dispositif qu’elles constituent, favorisent les opérations imageantes, et d’autres, au contraire, qui les freinent ou les stoppent.

De ce fait, les spectateurs ont intérêt à exercer un discernement pour protéger ou renouveler ce qui les fait sujets capables de relations proprement humaines.

Comment reconnaître les images qui construisent le sujet ?

Or, quand on cherche à apprécier le rôle des images dans l’existence humaine, on commence justement par cette approche moderne spontanée, qui consiste à chercher ce qui caractérise les objets images. On étudie les effets d’objets-images sur les individus qui les regardent. En effet, dans une telle approche empirique, on réduit volontiers la réalité de l’image en général à une somme d’images visuelles qui défilent dans notre imagination. Ce faisant, on ne comprend les images visuelles que selon l’expérience sensible qu’on en fait. On pense qu’on pourra trouver leur sens en les analysant, en les décortiquant. Les images visuelles, vues comme des objets visuels, livreront tôt ou tard leur sens à la science !

Dans cette première approche, on comprend la relation aux images comme une relation d’un sujet spectateur à un objet visuel. Mais ceci rend la relation aux images très compliquée à saisir. En effet, une image est très difficile à déterminer une fois pour toute, du point de vue de son impact sur ceux qui la regardent. Les images sont-elles des objets dont on pourrait déduire les pouvoirs en repérant leurs caractéristiques objectives (couleur, forme, composition, …) ?

Les images ne peuvent pas être bien comprises si on les conçoit sur le modèle de machines dotées de pouvoirs. En publicité par exemple, on ne prévoit pas bien les effets d’une image. Les publicitaires en font souvent les frais. De même, en critique d’art, on ne finit pas de commenter une même image. On peut revoir une image en en faisant chaque fois une expérience nouvelle.

Or, c’est justement cela qui nous importe : l’expérience qu’on fait d’une image. Pour mieux comprendre l’expérience d’une image donnée, abandonnons la première piste spontanément suivie ! Renonçons à concevoir les images comme des objets, indépendamment de la situation qui met en jeu celui qui regarde et celui qui montre. Remontons, en quelque sorte, au cœur du réacteur. Remontons à ce qui permet la création d’images visuelles, qui est tout autant ce qui permet de voir une image lorsqu’une image visuelle est effectivement devant nos yeux. Revenons au processus vivant de l’image, ce processus capable de mettre en relation des sujets.

A ce niveau, cela paraît simple. Dans chaque situation, le spectateur pourrait s’exercer à repérer si, en regardant une image d’information, il vit des opérations imageantes. L’image regardée l’installe-t-il dans une relation de sujet à sujet, ou bien plutôt de sujet à objet ?

2 yeux regardent

En situation, ce n’est pas si simple d’y voir clair. Il n’est pas évident de démêler les fils de son expérience pour pouvoir dire : là je fus nettement installé dans une relation à un objet, et là je fus franchement mis dans une relation intersubjective !

Rendez-vous dans le dernier épisode pour aller plus loin et découvrir 6 critères plus concrets pour discerner le relief de nos expériences d’images.

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Mis à jour le mardi 20 novembre 2012

Pourquoi et comment choisir les images d’information que l’on regarde ?

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 2/6   –   Revenir à l’épisode précédent 1/6

Vue subjective sur un iPad qu'on manipule, en passant d'une image de papillon à la page d'une description sur les oiseaux.

Je suis spectateur. Sous mon regard, une pléthore d’images fixes ou audiovisuelles disponibles. Il y a de tout. Je ne regarde pas tout, mais je ne regarde pas tout ce que je veux. Comme beaucoup, en tant que spectateur de médias visuels et audiovisuels, j’éprouve une certaine passivité face à cette profusion d’images. Finalement, c’est comme si les plus tapageuses, en tout cas les plus efficaces, s’imposaient à mes yeux.

Or, d’une part, de nature, je crois que je n’aime pas me laisser faire. D’autre part, une fois regardées, les images les plus accrocheuses ne me laissent pas souvent une saveur agréable en bouche. Naturellement, j’en suis venu à me méfier de l’environnement visuel. Autrement dit, je pars avec un a priori négatif concernant les images que je n’ai pas cherchées moi-même. Ainsi, dans les espaces publics, j’essaie souvent d’éviter les surfaces d’où surgissent les images. Sans trop de succès d’ailleurs ! Dans mon foyer en revanche, je peux organiser l’occupation de l’espace. Le téléviseur minuscule (diagonale : 45 cm) est coincé dans une étagère, elle-même excentrée au sein du lieu de vie. Pas de siège devant, d’ailleurs. L’écran TV est snobé. Je lui préfère l’écoute de la radio, et plus encore de podcasts audio d’émissions choisies.

Une valeur existentielle des images ?

Pourtant j’aime les images ! Pas question de m’en passer. Je me nourris d’images. Je ne compte pas celles que j’ai eu plaisir à regarder, celles qui m’ont fait remonter à la surface, éprouver de nouveau le goût de vivre. J’ai si souvent expérimenté le pouvoir particulier que peuvent avoir des images de me sortir de la brume intérieure, de me remettre dans un rapport au monde qui m’apparaît plus juste, tout en me redonnant l’élan vital, la confiance en la vie, en un mot : le désir. Fort de cette expérience, je suis convaincu qu’il peut y avoir du bon dans les images, et même du très bon. Il ne s’agit pas d’une valeur esthétique, mais d’une valeur existentielle des images, que j’aurais expérimentée.

A ce stade, cependant, tout ce que je savais se réduisait à une expérience personnelle. A un lieu et à un instant donné, une image peut jouer un rôle dans l’existence d’un individu donné.

N’y a t-il que le hasard qui guidera nos expériences d’image ? Ou le spectateur peut-il accéder à une connaissance des images qui l’aide à orienter ses choix selon ce qu’il recherche ?

Établir une telle connaissance passerait par la découverte de ce qui, dans les images, porte une valeur existentielle. Quelle science rend compte de cette réalité ? Quelle rationalité des images permettrait d’en discuter entre spectateurs désireux de tirer meilleur profit des images disponibles à leur regard ? Pourrait-on discerner dans notre relation aux images des points d’appréhension, comme des repères cartographiques, qui soutiendraient le discernement du spectateur dans la forêt des images ?

A la recherche d’un savoir-faire de spectateur

Il se trouve que l’on constate à l’expérience que les images ont eu une valeur variable pour soi, spectateur. Mais in fine, peu importe que les images aient une valeur en elles-même. Le but final n’est pas un discours sur l’essence des images. Je cherche au fond un art de regarder les images. Un savoir-faire de spectateur.

Pour amorcer cette quête, je me suis concentré sur la simple question du choix des images regardées. Cela paraît être le paramètre le plus manifestement modifiable de notre relation aux images. Celui sur lequel, à première vue, il nous paraît le plus facile d’agir. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

Le choix des images d’information

Génériques de JT

Afin d’appuyer la réflexion sur des images visuelles concrètes, j’ai choisi le champ des images audiovisuelles d’information. Les images d’information ne désignent pas un champ facile à circonscrire. Admettons ici que les images d’information sont celles qui sont généralement reconnues comme telles par les spectateurs. Le spectateur lambda voit ces images comme montrant le réel sans mise en scène et sans acteur. C’est le genre des images d’actualité. Couramment, il s’agit de reportages du journal télévisé formatés à 1’30’’ souvent introduits et reliés entre eux par un présentateur en plateau. Mais j’inclus également dans les images audiovisuelles d’information jusqu’aux films documentaires, moins regardés, en passant par les reportages plus longs d’émissions magazines comme « Envoyé Spécial ».

Comment approcher un tel problème, où il ne s’agit pas tant de décrire un phénomène, que de fournir une connaissance opérationnelle ? Ce qui, soit dit en passant, n’est pas commun dans la sphère universitaire.

… Vous le saurez en lisant l’épisode 3 : « Une approche pragmatique du regard sur les images ».


NB : Corpus des 10 séquences audiovisuelles choisies pour illustrer le propos.
Image de la liste Youtube des 10 vidéos citées dans le mémoire.