Archives par étiquette : Critique

Pourquoi et comment choisir les images d’information que l’on regarde ?

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 2/6   –   Revenir à l’épisode précédent 1/6

Vue subjective sur un iPad qu'on manipule, en passant d'une image de papillon à la page d'une description sur les oiseaux.

Je suis spectateur. Sous mon regard, une pléthore d’images fixes ou audiovisuelles disponibles. Il y a de tout. Je ne regarde pas tout, mais je ne regarde pas tout ce que je veux. Comme beaucoup, en tant que spectateur de médias visuels et audiovisuels, j’éprouve une certaine passivité face à cette profusion d’images. Finalement, c’est comme si les plus tapageuses, en tout cas les plus efficaces, s’imposaient à mes yeux.

Or, d’une part, de nature, je crois que je n’aime pas me laisser faire. D’autre part, une fois regardées, les images les plus accrocheuses ne me laissent pas souvent une saveur agréable en bouche. Naturellement, j’en suis venu à me méfier de l’environnement visuel. Autrement dit, je pars avec un a priori négatif concernant les images que je n’ai pas cherchées moi-même. Ainsi, dans les espaces publics, j’essaie souvent d’éviter les surfaces d’où surgissent les images. Sans trop de succès d’ailleurs ! Dans mon foyer en revanche, je peux organiser l’occupation de l’espace. Le téléviseur minuscule (diagonale : 45 cm) est coincé dans une étagère, elle-même excentrée au sein du lieu de vie. Pas de siège devant, d’ailleurs. L’écran TV est snobé. Je lui préfère l’écoute de la radio, et plus encore de podcasts audio d’émissions choisies.

Une valeur existentielle des images ?

Pourtant j’aime les images ! Pas question de m’en passer. Je me nourris d’images. Je ne compte pas celles que j’ai eu plaisir à regarder, celles qui m’ont fait remonter à la surface, éprouver de nouveau le goût de vivre. J’ai si souvent expérimenté le pouvoir particulier que peuvent avoir des images de me sortir de la brume intérieure, de me remettre dans un rapport au monde qui m’apparaît plus juste, tout en me redonnant l’élan vital, la confiance en la vie, en un mot : le désir. Fort de cette expérience, je suis convaincu qu’il peut y avoir du bon dans les images, et même du très bon. Il ne s’agit pas d’une valeur esthétique, mais d’une valeur existentielle des images, que j’aurais expérimentée.

A ce stade, cependant, tout ce que je savais se réduisait à une expérience personnelle. A un lieu et à un instant donné, une image peut jouer un rôle dans l’existence d’un individu donné.

N’y a t-il que le hasard qui guidera nos expériences d’image ? Ou le spectateur peut-il accéder à une connaissance des images qui l’aide à orienter ses choix selon ce qu’il recherche ?

Établir une telle connaissance passerait par la découverte de ce qui, dans les images, porte une valeur existentielle. Quelle science rend compte de cette réalité ? Quelle rationalité des images permettrait d’en discuter entre spectateurs désireux de tirer meilleur profit des images disponibles à leur regard ? Pourrait-on discerner dans notre relation aux images des points d’appréhension, comme des repères cartographiques, qui soutiendraient le discernement du spectateur dans la forêt des images ?

A la recherche d’un savoir-faire de spectateur

Il se trouve que l’on constate à l’expérience que les images ont eu une valeur variable pour soi, spectateur. Mais in fine, peu importe que les images aient une valeur en elles-même. Le but final n’est pas un discours sur l’essence des images. Je cherche au fond un art de regarder les images. Un savoir-faire de spectateur.

Pour amorcer cette quête, je me suis concentré sur la simple question du choix des images regardées. Cela paraît être le paramètre le plus manifestement modifiable de notre relation aux images. Celui sur lequel, à première vue, il nous paraît le plus facile d’agir. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

Le choix des images d’information

Génériques de JT

Afin d’appuyer la réflexion sur des images visuelles concrètes, j’ai choisi le champ des images audiovisuelles d’information. Les images d’information ne désignent pas un champ facile à circonscrire. Admettons ici que les images d’information sont celles qui sont généralement reconnues comme telles par les spectateurs. Le spectateur lambda voit ces images comme montrant le réel sans mise en scène et sans acteur. C’est le genre des images d’actualité. Couramment, il s’agit de reportages du journal télévisé formatés à 1’30’’ souvent introduits et reliés entre eux par un présentateur en plateau. Mais j’inclus également dans les images audiovisuelles d’information jusqu’aux films documentaires, moins regardés, en passant par les reportages plus longs d’émissions magazines comme « Envoyé Spécial ».

Comment approcher un tel problème, où il ne s’agit pas tant de décrire un phénomène, que de fournir une connaissance opérationnelle ? Ce qui, soit dit en passant, n’est pas commun dans la sphère universitaire.

… Vous le saurez en lisant l’épisode 3 : « Une approche pragmatique du regard sur les images ».


NB : Corpus des 10 séquences audiovisuelles choisies pour illustrer le propos.
Image de la liste Youtube des 10 vidéos citées dans le mémoire.

Tree of Life : drôle d’impact !

Drôle d’impact de ce film original : les réactions toujours opposées des spectateurs, qui sont soit indifférents, soit admiratifs.

Mais avLe père dans Tree of Lifeec ce film, peut-être faut-il abandonner notre tendance naturelle à hiérarchiser entre mauvais, bon et excellent film ? En effet, accepter que, comme devant un tableau, on entre ou on n’entre pas… Là, certainement, renoncer à être « pris » par l’histoire, alors qu’on en a tellement l’habitude avec les films américains si bien écrits pour accrocher l’attention.

Je suis en effet sorti de la salle comme Pier-Alexis, avec des sentiments mitigés : entre les images profondes et belles, et le curieux agencement des séquences, je ne parvenais pas à attribuer une note au film !

Puis dans les jours qui ont suivi, des images du film ont vécu dans mon esprit comme des graines qui ont poussé. Elles vivaient encore et montraient leur fécondité à produire ce que moi j’attends personnellement des images : me faire connaître et aimer la vie, ou en un mot me faire vivre.

Au final, j’apprécie beaucoup le film, sans vouloir le comparer à d’autres et sans le trouver parfait. Ce film ne s’impose pas aux spectateurs, preuve empirique en est les avis divergents de manière opposée.

Ses images se goûtent pour qui veut bien, mais dans la durée.