Archives par étiquette : choix images

Trois problèmes autour du choix des images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 4/6   –   Revenir à l’épisode précédent 3/6

"ZAP" brouillé

Au moins trois grands problèmes se présentent au spectateur désireux de choisir les images qu’il regarde.

  • Est-ce qu’on a vraiment le choix en la matière ?
  • En quoi serait-ce pertinent de choisir les images que l’on regarde ?
  • Concrètement, comment faire pour les choisir ?

Est-ce qu’on a vraiment le choix ?

Il y a plusieurs raisons de penser que la marge de manœuvre du spectateur est limitée.

Les images semblent souvent s’imposer à nous : les panneaux 3×4 bien placés pour attirer notre regard, les flux d’images sur écran dont la programmation nous échappe, etc. Il est facile d’énumérer quantité d’expériences quotidiennes où l’image nous surprend et souvent capture notre regard. Nous nous retrouvons alors regardant l’image sans l’avoir choisie.

Une image d'actualité parmi d'autres sur un mur d'écransPlus encore, comment choisir de regarder une image sans l’avoir d’abord regardée ? Autrement dit, choisir de regarder est-il tout simplement impossible du fait de la nature du regard ?

Enfin, quand bien même on pourrait choisir les images, la variété de l’offre médiatique est-elle suffisante pour que le choix du spectateur ne se réduise pas qu’à la simple alternative entre allumer ou éteindre ses écrans ?

C’est ainsi que m’apparaît le premier problème  qui entrave la voie qui mène à l’exercice d’un choix effectif des images regardées. Dans le contexte actuel de la vie quotidienne d’un citoyen urbain de société industrialisée et démocratique, le spectateur a-t-il vraiment le choix ?

En quoi serait-ce pertinent de les choisir ?

Enfant spectateur les yeux grands ouverts.

La deuxième difficulté concerne la pertinence d’une telle démarche. Pourquoi serait-ce important pour le spectateur de choisir les images qu’il regarde ? A fortiori, en ce qui concerne les images d’information audiovisuelle, qui ont servi à illustrer concrètement cette réflexion. La réponse réside dans le rôle joué par les images dans une existence humaine.

A ce propos, certains affirment le danger de certaines images pour le spectateur. D’autres supposent que les images sont toujours anodines, sans effets notoires (de long-terme) sur leurs spectateurs. Sur ce point, il s’avère que la communauté scientifique n’est pas parvenue à un consensus.

En attendant de voir prouver, si un jour c’est possible, la nature et l’intensité exactes des effets bénéfiques ou dommageables des images, doit-on laisser tomber la question d’un spectateur qui veut choisir plus consciemment et rationnellement les images qu’il regarde ? En quoi le choix des images peut s’avérer vraisemblablement vital pour les spectateurs ?

Comment choisir ?

Manuel du parfait petit spectateur - livre humoristiqueSi on admet que le choix des images regardés est vital, comment l’opérer ? Le troisième défi à relever pour répondre à notre question de départ est de parvenir au résultat opérationnel exigé par la question qui nous occupe. Autrement dit, un résultat qui puisse servir à un spectateur en situation réelle. Il est chez lui devant une télévision ou un ordinateur, il est pris dans ses occupations, etc. Il n’est pas dans une salle de cours à pouvoir parler des heures d’une image regardée pendant quelques minutes.

Il lui faut donc disposer de quelque chose qui tienne en poche, ou bien de quelque chose qui développe chez lui une sorte de 6e sens. La réponse sera opérationnelle si elle lui permet in fine de jauger rapidement et si possible en toute situation de la valeur de son expérience face à une image d’information.

Votre avis m’intéresse !

Ai-je oublié un aspect du problème ? L’auriez-vous posé autrement ? Sûrement… Ne vous gênez pas, votre avis m’intéresse ! Les commentaires sont là pour ça.

Ce que j’ai pu trouver à ce jour, je le dois essentiellement au travail courageux de la philosophe Marie-José Mondzain. Sa réflexion sur l’image ouvre une voie entre ces trois obstacles.

C’est à lire dans l’épisode 5/6 : « l’image n’est pas un objet ».

Jeune femme pointant la télécommande vers nous, un bol de chips surles genoux

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.