Archives par étiquette : choisir

La V2 en 6 critères est sortie

De 8 à 6 critères

Voici la V2 du prototype de discernement que je me propose de tester dès l’année prochaine en éducation à l’image. 6 critères, cela devrait tenir plus facilement dans la poche de notre mémoire.

J’espère faire prochainement des billets pour expliquer chacun des critères, surtout si vous lecteurs m’y encouragez !

6 criteres pour apprécier les images

8 critères pour choisir ses images

Dernière mise à jour le 8 juin, tenant compte des commentaires 1 et 3, merci à Patrick Peccatte.

Femme-tete-écrans_redimM’appuyant sur la lecture d’Homo Spectator (Marie José Mondzain), je vous propose de tester cette grille-carte-boussole sur vos prochaines expériences en matière d’images, pour voir dans quel sens souffle le vent dans votre relation à une image que vous regardez. Combien verrez-vous de drapeaux verts ? Si certains critères vous paraissent obscurs, c’est bien normal, il y aura bientôt des éclairages là-dessus. (Lire la source, Homo Spectator, peut relever de la gageure !)

Meilleure lisibilité de la carte : voir en fin d’article.

8 reperes pour choisir ses images

Allez, je me lance en premier. Je vous propose ma propre utilisation de cette boussole sur le reportage précédemment regardé, de BFMTV (cf. article de février), puis sur un reportage diffusé 13 heures plus tard sur le même sujet dans le 20h00 de TF1.

BFMTV

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bLZvPn5ux3Y[/youtube]

Gro-grosse surprise : aucun drapeau vert !

‘4. Autorité’ et ‘7. Confiance’ sont tangeants.

Bon, est-ce que TF1 fera mieux ?

TF1

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=BEUI-Ippa1w[/youtube]

Seulement un drapeau vert pour ‘8. Aide’ car le reportage resitue cet événement par rapport à la normalité : « c’est exceptionnel, et l’administration aurait réagi efficacement. » Notons aussi que pour ‘5. Respect’, TF1 fait mieux en floutant complètement le visage de la jeune femme. Elle récolte quand même une croix orange pour divulguer le portrait et le nom du directeur de prison, qui écope ainsi d’une 2e peine : la honte en public !

TF1 n’avait pas traité cette info dans le 13h00, ce jour-là, on sent peut-être le recul procuré par 24 heures de traitement journalistique ?

Est-ce praticable ?

Je vous écoute, justement…

Vous allez dire : « qu’est-ce que c’est manichéen ! La réalité est plus complexe. » Oui mais il faut rester simple si on veut bâtir quelque chose de praticable. 8 critères, c’est déjà beaucoup trop ! Je pense aboutir à 6 pour la version n°1 publiée dans le mémoire remis prochainement.

En fait, vous remarquerez que les critères se recoupent bien souvent. Ce sont autant d’entrées dans la même idée, centrale chez Marie Josée Mondzain, qui est celle-ci. Regarder cette image, est-ce que ça me construit – ou me maintient – sujet libre, parlant, désirant et agissant ? Ou est-ce que cela m’anéantit, en me faisant rejoindre la masse indistincte d’un public dont on s’arrache des parts d’audience ? Deux pôles susceptibles d’orienter une dynamique engendrée en nous par les images que nous regardons. Dans telle ou telle expérience que le spectateur fait d’une image, quelle orientation prévaut ?

8 critères, ce sont 8 possibilités de relire son expérience de l’image, en direct ou juste après. Si un critère ne marche pas, essayez un autre. Les essayer tous permet de vérifier une tendance lourde.

Notez aussi que le contexte joue sur une expérience donnée. Cette boussole pourra peut-être orienter mes choix dans le contexte de mes usages. Par exemple, pour une même image donnée, je choisis volontairement de la regarder plus tard. J’attends le cadre d’un documentaire qui a du recul et du temps d’explication, pour accepter de regarder la vague désastreuse du tsunami de 2011. (C’est ce que je ne fis pas).

A vous !


P.S :  Homo Spectator a été publié par Bayard éditions en 2007.

La boussole a été réalisée avec le logiciel gratuit d’arborescences logiques  Xmind.

8 reperes pour choisir ses images

Petit-déjeuner en paix

Chaîne télévisée BFMTV, 13 janvier 2011 à 07h00 : journal du matin. Partage d’expérience, partage d’une méditation approfondie sur cette expérience d’information audiovisuelle ordinaire, qui à la fois motive et illustre ma recherche actuelle. Pas de scoop, non ! Juste un essai d’analyser en détail l’expérience vécue en regardant ces images ordinaires.

Certes, l’extrait d’une minute trente à visionner n’est pas frais, mais ça nous aidera à garder les idées claires !

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bLZvPn5ux3Y&feature=youtu.be[/youtube]

La première information délivrée en préambule du journal porte sur un délit qui aurait été commis par un directeur de prison en Ile-de-France. Il aurait entretenu une liaison amoureuse avec une détenue et lui aurait accordé des faveurs matérielles.

Description des images

Pendant qu’une journaliste raconte les faits en voix off, des images se succèdent. Entre des images filmées de la prison où se seraient déroulé les faits, apparaissent en images fixes le portrait de la jeune femme, puis celui de la victime du guet-apens dans lequel elle avait servi d’appât avant d’être condamnée à une peine de prison, et enfin une photo officielle où figure le directeur de prison aux côtés de Michèle Alliot-Marie sans doute alors ministre de l’Intérieur. Le cadre se resserre sur le portrait du directeur. Le reportage se clôt avec le portrait de la jeune femme réapparaissant pour la deuxième et dernière fois. Les noms complets des personnes sont cités oralement, sauf le nom de famille de la jeune détenue.

Effet immédiat sur moi, spectateur

L’image de la jeune femme nommée Emma est donc un portrait qui me met, en tant que spectateur, dans un face à face avec elle. C’est une image fixe en noir et blanc, dont on ne voit pas très bien s’il s’agit d’un dessin ou d’une photo. Une petite distance est créée en raison de l’absence de couleurs. Le visage de la jeune femme est d’expression neutre, elle est belle et jeune. Ses yeux fixent celui qui regarde l’image.

Spontanément j’essaie de détecter dans le visage le charme qui aurait agi sur le directeur de prison, précédant la « relation plus que poussée » annoncée dans l’accroche par le  présentateur de BFMTV. Étant donnés la valeur de plan choisie, à savoir le portrait presque en gros plan, son regard vers le spectateur et le récit qui accompagne l’image, je me mets en tant que spectateur à la place du directeur de prison, dans une relation de personne à personne. Si elle était réellement présente, elle serait à 1 m de moi. C’est un face à face sans paroles car aucun de nous deux ne parle. Elle me regarde, du regard fixe d’une photo, suspendu dans le temps. Je peux plonger mes yeux dans ceux d’Emma comme le directeur de prison a pu le faire. Mais j’apprends que lui y a sombré, d’après ses propres déclarations, selon lesquelles il est tombé amoureux de la jeune femme. J’essaie d’apercevoir dans le visage de la jeune femme ce qui a pu entraîner le directeur de prison à la faute professionnelle grave.

Ce plan dure 6 secondes. Il réapparaît pour clore le reportage durant 3 secondes, juste après une image montrant les portes des cellules et mettant en exergue leurs regards – refermés – utilisés par les surveillants pour observer les cellules sans avoir à entrer à l’intérieur. Le portrait de la détenue ouvre et clôt le reportage, renforçant à mes yeux son côté « femme fatale », elle qui devient le nœud d’une histoire cyclique.

Ce que je ressens comme émotion ou sentiment

La vue des visages des personnes « prises » en défaut me met dans un face à face avec elle qui me gêne. J’éprouve malaise, gêne, dégoût et en même temps fascination devant le caractère extraordinaire et transgressif de l’événement. Je savoure la transgression grave, la fatalité, sans, comme au théâtre, y être impliquée comme acteur. Un même ressort que celui du théâtre et du cinéma semble ici m’attacher à ces images. La fascination est renforcée par la réalité du fait : ceci est arrivé vraiment.

Analyse plus détaillée des effets ressentis et de leur provenance

Alors que la parole seule aurait délivré un récit verbal des faits, où il me semble que ma raison aurait plus facilement eu le dessus, l’accompagnement des images m’introduit dans une expérience plus émouvante des événements, en me faisant éprouver plus de sentiments qu’avec le récit verbal seul.

La succession des deux premières images, l’appât puis la victime – montrée souriante – du guet-apens, est  cruelle. Deux jeunes gens, dont le deuxième, torturé à mort suite à une séduction trompeuse, du premier. Cette succession associe au visage du premier personnage l’émotion d’effroi suscitée par le crime odieux. On peut simultanément, comme spectateur masculin, éprouver les deux émotions suivantes : la suavité d’être plus ou moins attiré par sa beauté, et un début de haine envers la jeune femme. On peut de là sentir naître en soi un jugement sur elle, même si le commentaire de la journaliste ne la juge pas. On peut être en effet tenté plus ou moins consciemment de la considérer mal intentionnée, manipulatrice, dangereuse, en réaction à cette double émotion. Ce jugement pourra être d’autant plus dur que l’on sera fasciné par les portraits.

Connaître le visage des deux présumés coupables, de telle sorte que je pourrais les reconnaître dans la rue, peut aussi être gênant pour le téléspectateur. Indépendamment du travail de la justice, l’avenir de la personne montrée est maintenant irrémédiablement marqué par ce délit, aux yeux de chaque téléspectateur qu’elle pourrait potentiellement rencontrer. Les présumés coupables sont, par ce reportage, comme condamnés à vie aux yeux des téléspectateurs les reconnaissant, si leur mémoire est bonne, comme les acteurs coupables de ces faits délictueux. En principe, les visages des prisonniers sont cachés, ce qui leur permet de préserver leur image pendant et après la peine de prison, quand ils devront réintégrer le tissu social ordinaire. Mais le visage d’Emma ressemble à un dessin, quant aux deux autres acteurs, ils ne sont pas prisonniers. Les parties prenantes ont-elles mérité de voir leurs visages affichés sur un média national ?

Le visage de Florent Gonçalves est zoomé au milieu d’un groupe d’officiels parmi lesquels Michèle Alliot-Marie (photo du journal le Parisien du jour). Cette image et son usage font sentir la hauteur de la chute vécue par le directeur de prison qui passerait ainsi des feux de la rampe au fond du trou. Il a dialogué avec un ministre au cours d’une visite officielle passée. Aujourd’hui, il risque à son tour la prison pour des faits relevant du droit pénal. Le téléspectateur peut savourer la chute.

Sur la durée d’une minute et trente secondes entre l’ouverture du journal et la fin de ce reportage, il est impossible de réfléchir en raison du rythme soutenu des paroles et des images qui affluent à l’écran.  Au début, les deux présentateurs se relaient même pour présenter une même information : l’un respire quand l’autre délivre une phrase. Un effet visuel et sonore tapageur marque le passage du plateau au reportage : le visage d’Emma apparaît derrière ce passage de lignes grises qui s’entrecroisent faisant comme un bruit de fermeture de rideau métallique. Sur l’ensemble, les informations sont scandées sans aucune pause sonore ou visuelle qui permettrait au téléspectateur de réfléchir sur ce qui est donné à voir et entendre. On peut dire  que cette minute trente est remplie à bloc. Il m’est impossible de penser sur ce que je vois et j’entends. Finalement, j’ai juste le temps de comprendre ce qui m’est donné à connaître par le son et l’image, l’information qu’on souhaite me transmettre. Alors c’est l’interprétation de l’événement fournie par ces paroles et images qui devient la seule que je garde en tête suite au visionnage.

Un cran plus loin dans l’analyse : situation créée, place du spectateur ?

On voit à travers cette analyse après-coup comment les images peuvent renforcer la tension du récit, pouvant suggérer au spectateur un sens non présent dans le texte du commentaire, rendant l’événement évoqué plus émouvant, dramatique (tragique) et pouvant orienter d’une part l’opinion du spectateur sur les faits, d’autre part le rapport qu’il peut nouer avec les personnes impliquées.

Personnellement, je me sens violenté, mis dans un endroit où je n’ai pas ma place. On m’a placé à un point de vue que je ne souhaitais pas avoir. A cette place j’ai éprouvé des émotions et des sentiments que je n’aurais, autrement, bien sûr pas éprouvés. Si l’on force le trait, je me sens comme si quelqu’un m’agrippait et d’une main vigoureuse plaquée derrière la nuque maintenait mon visage penché vers un récipient contenant des substances aux jolis couleurs mais exhalant une odeur nauséeuse. C’est également comme si ce journal télévisé devenait soudain un de ces regards insérés sur les portes de cellule, me permettant de voir la tête d’auteurs de délits sans être vu par eux. Les images qui constituent ce reportage me placent comme témoin oculaire, non des faits, mais d’une sorte de procès avant l’heure où sont présentés publiquement les acteurs d’un drame délictueux. Alors qu’eux ne peuvent pas me voir, en revanche, je peux les voir : me voilà en position de voir sans être vu.

Les besoins comblés par ces images audiovisuelles

Si les journalistes réalisent une mission d’information de manière bien légitime en régime démocratique, on constate que ce reportage me donne plus que l’information nécessaire. Voici mes besoins comblés, si l’on peut dire :

  • Etre informé

Que les faits soient révélés en public est indispensable pour que la justice les traite de manière transparente et qu’ils se reproduisent le moins possible. Le besoin d’être informé de ce qui se passe d’illégal, afin que la justice se fasse au grand jour et que soient découragés les comportements illégaux, est ici comblé. Mais le diffuseur du journal télévisé donne plus que la simple information des faits. A quels autres besoins semblent vouloir répondre ces 90 secondes d’informations télévisées ?

  • Voyeurisme

Je sors du visionnage avec un malaise. N’est-ce pas lié à cela : avoir été mis en position de voyeur, même très légèrement, et accepté de l’avoir été ? Certes, ce n’est pas mon territoire intime qui était empiété, mais celui de l’autre. Mais cela aussi met mal à l’aise. Quel but ai-je poursuivi, peut-être inconsciemment, en acceptant de regarder le reportage ? Satisfaire une curiosité pour quelque chose de rare et transgressif, par là fascinant.  Ici, deux coupables et une victime me sont amenés derrière une vitre sans tain, et me voilà, spectateur, témoin de leur chute, capable de reconnaître les coupables que je verrais d’abord sous l’angle de cette histoire malheureuse si par hasard je croisais leur chemin.

Autrement dit, ces images satisfont un besoin de voir sans être vu quelque chose d’interdit, de goûter un tout petit peu sans en être coupable, par procuration, aux saveurs d’un plaisir interdit, de vibrer intérieurement à l’idée du risque pris par le fonctionnaire qui risquait beaucoup, par amour sincère, d’après ses dires.

  • Spectaculaire divertissant

Les choix visuels formels constitués par les effets visuels dynamiques, le rythme rapide saccadé et ininterrompu, les effets sonores bruyants et trépidants rapprochent l’émission de l’allure du film de divertissement ou du jeu vidéo. Ils lui confèrent comme à eux la saveur du spectaculaire, en m’en mettant plein la vue. Ils rassasient un appétit de voir de la lumière, du mouvement ; un besoin d’être capté par l’image, d’être emmené par elle sans effort, d’être même emmené en elle. Durant le visionnage, je suis soulagé de mes soucis ordinaires qui paraissent bien peu de choses comparées à ces informations télévisées, ou tout au moins je suis diverti des faibles stimulations de ma routine quotidienne.

  • Sentiment d’ubiquité

Ce spectacle des informations télévisées me procure également un sentiment de puissance d’ubiquité, parce que je peux être transporté à de multiples endroits sans bouger. Je peux être témoin et presque vivre de multiples histoires parfois dangereuses, et que je ne pourrai jamais vivre toutes, le plus souvent je ne peux même pas me le permettre. Là, devant l’écran, je peux les goûter plus facilement de manière sensible que devant un journal en papier, et cela sans aucun danger pour moi.

Quelles images m’auraient convenu ?

Si j’avais pu choisir les images qui illustrent le récit factuel de la journaliste, afin de mieux respecter les personnes impliquées ainsi que moi-même spectateur, voilà les images que j’aurais souhaité regarder. La présentation visuelle d’Emma aurait pu être une vue de biais, son regard tourné hors-champ, avec une valeur de plan américain ou de plan moyen, le tout la rendant moins facile à identifier et à reconnaître. La victime de son premier délit aurait pu être montrée également avec un visage beaucoup plus petit dans l’écran. Quant au directeur de prison, au casier judiciaire encore vierge, j’aurais préféré qu’il ne soit pas montré du tout, et que son nom ne soit pas cité comme cela a été fait pour Emma dont on n’a pas mention du nom de famille.

Pourquoi regarderais-je ces images d’information ?

Je me demande même si cette information doit faire l’objet d’un reportage prenant place dans un journal télévisé national. Est-ce utile que tous les auditeurs potentiels de la chaîne nationale apprenne cela ? Si l’on admet que ces faits ne doivent pas rester confidentiels pour le fonctionnement de la justice en démocratie, ils pourraient cependant être relayés simplement par des médias plus locaux ou plus spécialisés. Cela suffirait.

Mais je suis seulement spectateur, et à ce titre je n’ai pas la main sur la programmation des diffuseurs d’images d’informations. Quel pouvoir me reste-t-il ?

  • Je ne suis pas obligé de regarder ce qui m’est montré.
  • Je peux choisir mes sources d’images d’information.
  • Je peux même cesser de regarder une image que je vois.

Certes, l’auteur et diffuseur de l’image fabrique une situation dans laquelle je peux être très rapidement introduit. Mais je peux en être aussi rapidement démis si je détourne les yeux, éteins l’écran ou change de chaîne.

Pourquoi regarderais-je tout cela sans oser choisir ?
Pourquoi n’est-ce pas incivique de ne pas regarder entièrement de ce qui m’est montré dans un journal télévisé ? De toutes façons, aucun journal ne peut prétendre tout me montrer. Dans ce cas, ne faut-il pas que je borne mon regard en fonction de ce qui m’est montré, afin d’éviter d’être comme maltraité par certaines images d’information, comme dans le cas évoqué précédemment ? Que regarderai-je ? Pourquoi ?
Et comment le reconnaître ?

Cette expérience de visionnage a convoqué deux acteurs d’une communication médiatique, deux sujets d’action : le diffuseur (une chaîne TV) qui montre des images d’information et le spectateur qui les regarde. L’un propose des images à regarder, et l’autre les regarde ou non.

Personnellement, je voudrais consacrer ma recherche à l’attitude du spectateur devant l’ensemble des images d’information disponibles à son regard. Réfléchir sur la manière dont le spectateur peut exercer sa responsabilité de spectateur ; pour l’heure précisément à travers ses choix d’images regardées.

Pourquoi et comment choisir les images d’information que nous regardons ?