8 critères pour choisir ses images

Dernière mise à jour le 8 juin, tenant compte des commentaires 1 et 3, merci à Patrick Peccatte.

Femme-tete-écrans_redimM’appuyant sur la lecture d’Homo Spectator (Marie José Mondzain), je vous propose de tester cette grille-carte-boussole sur vos prochaines expériences en matière d’images, pour voir dans quel sens souffle le vent dans votre relation à une image que vous regardez. Combien verrez-vous de drapeaux verts ? Si certains critères vous paraissent obscurs, c’est bien normal, il y aura bientôt des éclairages là-dessus. (Lire la source, Homo Spectator, peut relever de la gageure !)

Meilleure lisibilité de la carte : voir en fin d’article.

8 reperes pour choisir ses images

Allez, je me lance en premier. Je vous propose ma propre utilisation de cette boussole sur le reportage précédemment regardé, de BFMTV (cf. article de février), puis sur un reportage diffusé 13 heures plus tard sur le même sujet dans le 20h00 de TF1.

BFMTV

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bLZvPn5ux3Y[/youtube]

Gro-grosse surprise : aucun drapeau vert !

‘4. Autorité’ et ‘7. Confiance’ sont tangeants.

Bon, est-ce que TF1 fera mieux ?

TF1

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=BEUI-Ippa1w[/youtube]

Seulement un drapeau vert pour ‘8. Aide’ car le reportage resitue cet événement par rapport à la normalité : « c’est exceptionnel, et l’administration aurait réagi efficacement. » Notons aussi que pour ‘5. Respect’, TF1 fait mieux en floutant complètement le visage de la jeune femme. Elle récolte quand même une croix orange pour divulguer le portrait et le nom du directeur de prison, qui écope ainsi d’une 2e peine : la honte en public !

TF1 n’avait pas traité cette info dans le 13h00, ce jour-là, on sent peut-être le recul procuré par 24 heures de traitement journalistique ?

Est-ce praticable ?

Je vous écoute, justement…

Vous allez dire : « qu’est-ce que c’est manichéen ! La réalité est plus complexe. » Oui mais il faut rester simple si on veut bâtir quelque chose de praticable. 8 critères, c’est déjà beaucoup trop ! Je pense aboutir à 6 pour la version n°1 publiée dans le mémoire remis prochainement.

En fait, vous remarquerez que les critères se recoupent bien souvent. Ce sont autant d’entrées dans la même idée, centrale chez Marie Josée Mondzain, qui est celle-ci. Regarder cette image, est-ce que ça me construit – ou me maintient – sujet libre, parlant, désirant et agissant ? Ou est-ce que cela m’anéantit, en me faisant rejoindre la masse indistincte d’un public dont on s’arrache des parts d’audience ? Deux pôles susceptibles d’orienter une dynamique engendrée en nous par les images que nous regardons. Dans telle ou telle expérience que le spectateur fait d’une image, quelle orientation prévaut ?

8 critères, ce sont 8 possibilités de relire son expérience de l’image, en direct ou juste après. Si un critère ne marche pas, essayez un autre. Les essayer tous permet de vérifier une tendance lourde.

Notez aussi que le contexte joue sur une expérience donnée. Cette boussole pourra peut-être orienter mes choix dans le contexte de mes usages. Par exemple, pour une même image donnée, je choisis volontairement de la regarder plus tard. J’attends le cadre d’un documentaire qui a du recul et du temps d’explication, pour accepter de regarder la vague désastreuse du tsunami de 2011. (C’est ce que je ne fis pas).

A vous !


P.S :  Homo Spectator a été publié par Bayard éditions en 2007.

La boussole a été réalisée avec le logiciel gratuit d’arborescences logiques  Xmind.

8 reperes pour choisir ses images


10 réflexions au sujet de « 8 critères pour choisir ses images »

  1. Ping : 6 critères pour choisir ses images | Regarder une image

  2. Ping : Le choix du regard sur les images d’information | Regarder une image

  3. Ping : V2 du prototype de discernement | Regarder une image

  4. Hugues Lefebvre

    @KLM

    Honneur aux dames. Quelques réponses.

    « – Personnellement, je n’ai pas tout à fait compris le sens de certains critères : celui de la confiance sous son aspect positif, de même que celui de la relation sous son aspect positif (je suppose que “me dépossède de ce qui est montré” est à prendre ici en bonne part et signifie “fait exister ce qu’elle montre comme quelque chose qui échappe à mon emprise, qui se dérobe à toute tentation de captation, de mainmise, etc.” »

    CONFIANCE : Moi aussi la confiance me pose problème. Pas facile à localiser. En gros, la question est de savoir si l’auteur veut outrepasser la question de confiance, et nous refourguer son image comme la vérité incarnée en image. Comme l’image ne peut être médiatrice de vérité en soi, mais seulement quelque chose qui nous relie, la question est de savoir devant une image dans quelle dynamique on est placé par l’image (et ses conditions de vision). Mais j’ai du mal à trouver des exemples.

    RELATION : on est tout proche évidemment. En fait ici, tu reprends la distinction idole et icône, et tout est clair. L’image idole se fait passer pour quelque chose qui contient du réel ou de l’invisible. L’image icône ne fait que relier le spectateur à quelque chose d’invisible et d’absent – au sens impossessible – qui n’est pas contenu dans l’image.

     » Il me semble enfin que certains critères pourraient être “retournés”, notamment celui de l’autorité : je pense à certains films notamment, dont la facture est certes très personnelle et l’ empreinte d’un “style” manifeste, mais dont précisément l’auteur a eu la discrétion de s’effacer derrière son propos, de même que, selon le christianisme, Dieu “se retire” de la création pour laisser aux hommes un espace où déployer leur liberté ; au contraire, les films où l’auteur est trop lourdement et manifestement présent, parce qu’il se regarde filmer et s’admire tellement qu’il ne peut s’empêcher d’imiter son propre style, ces films donnent au spectateur le sentiment d’être l’ “otage” d’un exercice d’autocélébration (il ne faudrait jamais médire de ce qu’on n’a pas vu soi-même, mais il paraît que le dernier film de BHL est de ceux-là…). »

    Tout-à-fait KLM, bon exemple. La présence manifeste de l’auteur n’est pas gage d’un partage de l’autorité. Ici l’enjeu, c’est en fait que l’autorité circule, à l’opposé d’un pouvoir confisqué par l’auteur et qui est dominateur, à sens unique. L’image est-elle réappropriable librement par le spectateur ? Peut-il imaginer librement des choses à partir d’elle ? Si le spectateur se sent aussi auteur quand il regarde l’image, c’est bon signe… Voilà en résumé l’idée. Après c’est plus dur de voir comment cela se manifeste concrètement dans des images.

    « – Enfin, il me semble que la “grille de lecture” proposée peut être vraiment intéressante et fructueuse pour des images dont l’effet sur nous nous paraît ambivalent, ou à propos desquelles notre jugement n’est pas d’emblée orienté par des a priori. (…) La “boussole” me paraît donc beaucoup plus pertinente pour des expériences où le statut et la finalité de l’image ne surdéterminent pas a priori son contenu ni ses qualités formelles. »

    Je me positionne moins radical, et j’ose espérer qu’il y a des nuances dans les images d’actualité. Certes, le souci d’audience est dominant. Mais méthodoologiquement j’ignore le point de vue et l’intention du diffuseur, et ne regarde que l’image et ses conditions de vision. Ce n’est pas parce que le souci d’audience est dominant que l’image se réduit à un objet de consommation. Elles sont faites par des journalistes qui aiment généralement leur boulot et qui gèrent cette apétence, leur ambition personnelle et les contraintes de leur milieu professionnel (la demande du rédacteur en chef qui a le final cut).

    Mais bon, qui vivra verra !

    Répondre
  5. Hugues Lefebvre

    @ KLM et Thierry
    Désolé de vous laisser dans le flou avec ces formulations lapidaires. Cette grille serait seulement un aide mémoire fourni après une explication beaucoup plus détaillée de chaque critère. A suivre ! Mais vos réactions sont de bon stimulateurs pour moi, merci.

    @ Thierry

    – Cela m’étonne que vous disiez que l’on aurait exactement la même information sans regarder les images. Une information est donnée par le verbal, mais une autre se forme dans le spectateur au contact des images. Ex : « quelle chute pour le directeur de prison, qui l’année dernière recevait la ministre de l’Intérieur ! »

    – Il ne s’agit pas tant de juger des images que d’évaluer des situations où je regarde une image. Le contexte compte et ma personne aussi.

    – J’ai choisi des images d’information ordinaires car je réfléchis sur le rapport à des images couramment regardées. J’espère qu’elles ne sont pas toutes à jeter et qu’il y a des différences malgré tout. Je reconnais que ce n’est pas une sinécure. Je regardais un peu « Shoah » à l’instant, c’est autre chose, bien sûr !

    Répondre
  6. Thierry Dehesdin

    Les images de vos exemples me semblent être le degré zéro de l’expression cinématographique. C’est de la radio avec des images. Dans l’exemple que vous nous proposez, le sens prend son origine dans un discours verbal émis en voie off ou par des personnes filmées en gros plan. Les images ne racontent rien et ne montrent pas grand chose. Elles meublent le propos. Il n’y a pas de connotations qui prendraient leur origine dans la technique de prises de vue ou dans un montage de l’image plus ou moins subtile. On pourrait d’ailleurs conserver le montage image et réécrire le texte, façon Arlequin, sur le thème « une merveilleuse histoire d’amour a pris naissance en prison ». Vous ne partagez pas l’idéologie des propos tenus par les journalistes, mais il en aurait été de même en ne gardant que le son.
    Il ne reste que la question de savoir s’il faut ou non nous montrer les gens qui parlent et ceux dont on nous parle.

    Au-delà de cet exemple, j’ai du mal à comprendre comment vos catégories pourraient s’appliquer au choix d’une image.
    Qu’est-ce qu’une image qui me satisfait sur le moment en donnant l’illusion que possédant l’image, je possède ce qu’elle désigne? Si on me montre un âne en me disant en off « un âne passe » j’aurais l’illusion de posséder l’image, alors que si on me dit « un âne passe » en montrant mon portrait, je me sentirai déposséder de ce qui est montré?
    Qu’est-ce qu’une image qui me laisserait le temps de réfléchir au cinéma? C’est après la projection que je vais éventuellement réfléchir si le film m’a permis de découvrir de nouveaux concepts ou heurte mon idéologie.
    Qu’est-ce qu’une image qui laisse penser librement à partir d’elle ou qui inversement ne permet aucune autre interprétation? Est-ce que cela existe des images qui ne permettraient aucune interprétation (que quoi d’ailleurs)?
    Qu’est-ce qu’une image purement technique? En quoi me laisserait-elle moins la possibilité d’en être l’auteur qu’une image « purement » poétique par exemple?
    Est-ce qu’une image qui placerait dans une position humiliante l’auteur le spectateur et ce qui est montré, ne serait pas une image qui, pour reprendre vos concepts, en m’agressant me déposséderait de ce qui est montré, m’obligerait à penser et autoriserait la parole?
    L’image doit-elle faire aimer son existence même si elle est ordinaire? On est là me semble-t-il dans une réflexion idéologique, quasi religieuse qui ne s’oppose d’ailleurs pas à l’idée d’une masse indistincte qui la consomme et en est satisfaite.
    Est-ce que c’est l’image ou est-ce que c’est le regard que l’on porte sur cette image qui pousse à la crédulité ? Et dans ce cas est-ce que tout ce qui va ou non pousser à la crédulité ne lui est pas extérieur? Ce que je sais de celui qui l’a produit ou qui la diffuse, est-ce qu’elle fait écho à mon idéologie etc.
    Et enfin ne doit-on évoquer que les problèmes dont on a la solution pour ne pas plonger le spectateur dans la peur?

    Répondre
  7. KLM

    Cette idée de « boussole » me semble intéressante en ce qu’elle tente de proposer des critères permettant de s’interroger précisément sur ce qu’une ou des images peuvent produire en nous, effets qui ramènent au fond, comme le signale Hugues, à la question de savoir si le rapport aux images peut nous constituer comme sujet de parole, de désir et d’action, ou au contraire nous assujettit à ce qu’elle montre et agit sur nous comme pouvoir d’aliénation.
    Concernant les critères eux-mêmes, voici quelques remarques :
    – il me semble que ces critères tournent autour de trois axes,plus ou moins prégnants selon les critères : 1°) l’effet d’une image sur le rapport du spectateur à lui-même et aux autres spectateurs, réels ou potentiels (cf. désir, parole,temps, aide); 2°)le rapport qu’une image suscite, intentionnellement ou non, de façon consciente ou non pour le spectateur, entre celui-ci et ce qui est montré, l’objet de l’image (cf. relation, respect, confiance) ; 3°) enfin le rapport entre le spectateur et l’auteur ou la source de l’image (cf. autorité, respect, peut-être aussi confiance et parole).
    – Personnellement, je n’ai pas tout à fait compris le sens de certains critères : celui de la confiance sous son aspect positif, de même que celui de la relation sous son aspect positif (je suppose que « me dépossède de ce qui est montré » est à prendre ici en bonne part et signifie « fait exister ce qu’elle montre comme quelque chose qui échappe à mon emprise, qui se dérobe à toute tentation de captation, de mainmise, etc. » Il me semble enfin que certains critères pourraient être « retournés », notamment celui de l’autorité : je pense à certains films notamment, dont la facture est certes très personnelle et l’ empreinte d’un « style » manifeste, mais dont précisément l’auteur a eu la discrétion de s’effacer derrière son propos, de même que, selon le christianisme, Dieu « se retire » de la création pour laisser aux hommes un espace où déployer leur liberté ; au contraire, les films où l’auteur est trop lourdement et manifestement présent, parce qu’il se regarde filmer et s’admire tellement qu’il ne peut s’empêcher d’imiter son propre style, ces films donnent au spectateur le sentiment d’être l’ « otage » d’un exercice d’autocélébration (il ne faudrait jamais médire de ce qu’on n’a pas vu soi-même, mais il paraît que le dernier film de BHL est de ceux-là…).
    – Enfin, il me semble que la « grille de lecture » proposée peut être vraiment intéressante et fructueuse pour des images dont l’effet sur nous nous paraît ambivalent, ou à propos desquelles notre jugement n’est pas d’emblée orienté par des a priori. Je veux dire par là que, dans les exemples de flashes info diffusés sur BFM et TF1, les dés me semblaient d’emblée un peu « pipés », car j’ai du mal à regarder ce genre d’image sans penser que leur montage est dicté notamment (sinon totalement) par le souci de « faire de l’audience » et non par celui d’informer voire d’ « édifier » le spectateur… La « boussole » me paraît donc beaucoup plus pertinente pour des expériences où le statut et la finalité de l’image ne surdéterminent pas a priori son contenu ni ses qualités formelles.

    Répondre
  8. Hugues Lefebvre

    Je pense réduire finalement les critères à 6, les voici :

    1. Confiance
    2. Autorité
    3. Parole (incluant la question du temps)
    4. Respect
    5. Relation (incluant la question du désir)
    6. Aide

    Répondre
  9. Hugues Lefebvre

    @PierreL

    Si tel est le cas, on est dans le critère n°3 : si dans le rapport à une image, je peux encore penser et réfléchir, voire même, j’y suis incité, alors… drapeau vert pour le critère 3. Critère 2, temps pour réfléchir : j’en doute quand même pour ce reportage, quand on le regarde dans le flux réel du 13 janvier matin.

    Je ne sais pas si c’est clair pour vous dans ma présentation : le drapeau vert sert à évaluer la qualité de l’expérience en face d’une image, pour décider de regarder ou non cette image ou ses soeurs.

    Enfin, il ne s’agit pas de juger l’image, mais son expérience personnelle. Tant mieux si le reportage BFMTV vous fait réfléchir (sur la responsabilité de l’encadrement des prisons, par ex.).

    Répondre
  10. PierreL

    Est-ce un neuvième critère ?
    – l’image me fait réfléchir,
    – elle me fait penser, peser, “balancer”…

    L’image m’INTERROGE et me conduit à DECIDER en bien (vert) ou en mal (rouge).

    Mais elle peut aussi simplement PROVOQUER (ou non) mon attention, et me pousser à me renseigner pour ne pas mourir idiot (orange).

    Je classe la présentation BFMTV dans l’orange.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *