Tree of Life : drôle d’impact !

Drôle d’impact de ce film original : les réactions toujours opposées des spectateurs, qui sont soit indifférents, soit admiratifs.

Mais avLe père dans Tree of Lifeec ce film, peut-être faut-il abandonner notre tendance naturelle à hiérarchiser entre mauvais, bon et excellent film ? En effet, accepter que, comme devant un tableau, on entre ou on n’entre pas… Là, certainement, renoncer à être « pris » par l’histoire, alors qu’on en a tellement l’habitude avec les films américains si bien écrits pour accrocher l’attention.

Je suis en effet sorti de la salle comme Pier-Alexis, avec des sentiments mitigés : entre les images profondes et belles, et le curieux agencement des séquences, je ne parvenais pas à attribuer une note au film !

Puis dans les jours qui ont suivi, des images du film ont vécu dans mon esprit comme des graines qui ont poussé. Elles vivaient encore et montraient leur fécondité à produire ce que moi j’attends personnellement des images : me faire connaître et aimer la vie, ou en un mot me faire vivre.

Au final, j’apprécie beaucoup le film, sans vouloir le comparer à d’autres et sans le trouver parfait. Ce film ne s’impose pas aux spectateurs, preuve empirique en est les avis divergents de manière opposée.

Ses images se goûtent pour qui veut bien, mais dans la durée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *