Archives par étiquette : Reine des neiges

Reine des Neiges : le clip qui cartonne

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wQP9XZc2Y_c[/youtube]

Le clip francophone mis en ligne par Disney FR culmine aujourd’hui à 66 690 000 vus. C’est un extrait du film sorti en décembre 2013 et qui a fait 5 150 000 entrées en France (jackpot pour un dessin animé). Il conclut le 1er des trois volets de l’intrigue. Ce n’est pas le dénouement. Pourtant, c’est cet extrait qui est le plus visionné. Pourquoi ?

Sans doute parce que la happy end du film est décevante et invraisemblable, humainement parlant.

Si vous avez au moins une petit fille chez vous, je ne dois rien vous apprendre. La chanson, bien fagottée, a certes tout pour plaire. Par le son et l’image, elle exalte l’émancipation dont rêvent plus ou moins les (petites) filles ? Pendant que la magnifique jeune fille blonde aux yeux bleus clame qu’elle se sent « libérée, délivrée… », on la voit  s’enfermer seule dans son palais de glace, en s’y trouvant fort bien. Belle figure de style, expression puissante, abondamment parodiée.

Pourquoi on en reste là ?

Certes, ce n’est qu’une étape dans le film, mais c’est malheureusement là qu’en restent les spectateurs, même après coup. En témoigne le méga-succès du clip original.

Pourquoi on en reste là ? Pourquoi est-ce « le meilleur souvenir du film » ?

Ma thèse, c’est donc que la suite du film ne délivrera pas « crédiblement » la princesses de son enfermement. La princesse ne se mariera pas à la fin, elle ne s’ouvrira pas à l’altérité. Elle redevient la grande soeur admirée du début du film, donc prisonnière d’une image ; celle qu’attend d’elle sa petite soeur – sa jumelle à la couleur des cheveux près ! Elle reste prisonnière de la mêmeté dirait Paul Ricoeur. Bref, comme souvent avec du Disney pur jus, on reste coincé dans l’imaginaire (Cf. Peter Pan).

Il faudra revoir Cars, Kirikou ou la Grande aventure Lego pour en sortir !! A moins que la Reine des Neiges 2 permette à la grande soeur de s’émanciper, cette fois-ci pour de bon ?

Et quel rapport avec le conte d’Andersen ?

La lecture du conte d’Andersen, dont ce film est librement inspiré, est bien plus intéressante. Le dénouement en est l’amour fidèle entre un petit garçon et une petite fille. La Reine des Neiges y est une créature maléfique symbolique, à peine incarnée. La petite fille amoureuse a réussi à braver toutes les épreuves pour délivrer son amoureux prisonnier de la Reine des Neiges, qui symbolise un idéal imaginaire séduisant, fascinant, qui a piégé le garçon. Mais l’amour fidèle et sans faille de la petite fille sauve le petit garçon de sa prison glacée où il était devenu immobile et sans expression. Victoire de la vie, victoire sur la mort symbolisée par l’univers glacé.

Au fond, le film de Disney sombre dans la fascination pour le personnage d’Andersen et ce qu’il symbolise, fascination d’ailleurs servie par un dessin virtuose époustouflant : on nous en met plein les yeux…

C’est cohérent !