Archives par étiquette : écran

L’éthique peut-elle se mêler des images ?

Ethique et images ne font pas bon ménage. Remettre en cause telle ou telle image menace les libertés fondamentales de création et d’expression. Y aurait-il une approche qui respecte ces libertés sans éluder la question éthique ?

Couteau suisse du discernement visuel

Cet article résume le feuilleton précédemment publié à propos du choix des images d’information par le spectateur.

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public. Or, il se trouve qu’en première approche, nous appréhendons les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous qui ne faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre éthique.

Certes, une image ne peut contenir en elle-même d’enjeux éthiques. En effet, la réflexion éthique concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous discutons la pertinence éthique des actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est d’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Estimer la valeur éthique de chaque expérience d’une image

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que la méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.

L’obstacle principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique. Nous les examinons comme des objets techniques, plus exactement comme des projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile caractérisé par un pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer une image n’est pas liée à ses propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les images ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour observer les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même plus pressante, à mesure que se décuple notre pouvoir de produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler de la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?

Pour y répondre, doit-on se contenter de sa jugeote personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

L’image comme relation

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Considérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, l’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain, où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humaine, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

  • Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?
  • L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?
  • L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?
  • Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


NB :

– Sur la question de la retouche, suggérée par l’illustration de cet article, voir le reportage Arte où intervient André Gunthert.

– Sur la retransmission en direct des événements du 11 septembre, voir également Replay 9/11 son article sur mesure…

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à leur l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public qui les regarde. Or, il se trouve qu’ en première approche, nous appréhendons facilement[H1] les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, ils les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! De ce fait,C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous humains qui ne font faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre leur caractère éthique.

En réalitéCertes, l’image une image en elle-même ne peut contenir en elle-même denjeux éthiques. peut être jugée plus ou moins éthique, carEn effet, la réflexion éthique considère concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous réfléchissons discutons la pertinence éthique dsur les actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la pure[H2] simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est de modifier le rapport au monde [H3] et les aspirations des consommateursd’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général généralement que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication visuelle par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit souvent ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que l’état des connaissances en matière d’imagela méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.[H4]

L’obstacle n°1[H5] principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique[H6] . Nous les examinons comme desun objets techniques, plus exactement comme desun projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile dont on peut mentionnercaractérisé par un le pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer unees images n’est pas liée à ses ne sont pas des projectiles dont on pourrait déterminer des propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les imagesElles ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour celaobserver les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! L’approche Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, est spontanée mais elle laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même actuellement plus pressante, à mesure que se décuple nt notre pouvoir de en [H7] produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler ainside la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?[H8]

Pour y répondre, doit-on se résigner à en rester à sacontenter de sa jugeote[H9] personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Repartons[H10] deConsidérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, lL’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain[H11] , où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut humain peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humainesuit cette compréhension existentielle de l’expérience des images, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. Regardant A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

· Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?

· L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?

· L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?

· Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour celui qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


[H1]inutile

[H2]Simple ?

[H3]A expliquer ?

[H4]Et donc ?

[H5]Quand on m’annonce l’obstacle n°1 en exergue, j’attends ensuite le n°2. ??

Remplacer par « principal »

[H6]Quid de rapprocher tout de suite ceci avec la sc expérimentale ?

[H7]Redire « image » ?

[H8]On se met donc du point de vue du spectateur ?

[H9]Trop familier

Discernement ? Conscience ?

[H10]Faisons

[H11]De quel processus parle-t-on ? Processus de mise en relation ?

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à leur l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public qui les regarde. Or, il se trouve qu’ en première approche, nous appréhendons facilement[H1] les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, ils les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! De ce fait,C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous humains qui ne font faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre leur caractère éthique.

En réalitéCertes, l’image une image en elle-même ne peut contenir en elle-même denjeux éthiques. peut être jugée plus ou moins éthique, carEn effet, la réflexion éthique considère concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous réfléchissons discutons la pertinence éthique dsur les actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la pure[H2] simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est de modifier le rapport au monde [H3] et les aspirations des consommateursd’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général généralement que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication visuelle par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit souvent ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que l’état des connaissances en matière d’imagela méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.[H4]

L’obstacle n°1[H5] principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique[H6] . Nous les examinons comme desun objets techniques, plus exactement comme desun projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile dont on peut mentionnercaractérisé par un le pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer unees images n’est pas liée à ses ne sont pas des projectiles dont on pourrait déterminer des propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les imagesElles ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour celaobserver les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! L’approche Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, est spontanée mais elle laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même actuellement plus pressante, à mesure que se décuple nt notre pouvoir de en [H7] produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler ainside la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?[H8]

Pour y répondre, doit-on se résigner à en rester à sacontenter de sa jugeote[H9] personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Repartons[H10] deConsidérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, lL’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain[H11] , où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut humain peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humainesuit cette compréhension existentielle de l’expérience des images, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. Regardant A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

· Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?

· L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?

· L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?

· Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour celui qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


[H1]inutile

[H2]Simple ?

[H3]A expliquer ?

[H4]Et donc ?

[H5]Quand on m’annonce l’obstacle n°1 en exergue, j’attends ensuite le n°2. ??

Remplacer par « principal »

[H6]Quid de rapprocher tout de suite ceci avec la sc expérimentale ?

[H7]Redire « image » ?

[H8]On se met donc du point de vue du spectateur ?

[H9]Trop familier

Discernement ? Conscience ?

[H10]Faisons

[H11]De quel processus parle-t-on ? Processus de mise en relation ?

— /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Calibri », »sans-serif »; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;} –>

L’image n’est pas un objet

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 5/6   –   Revenir à l’épisode précédent 4/6

On sait que les images ne sont pas des objets comme les autres, et c’est sans doute pour cela que parler de choix en la matière est délicat. Ce ne sont pas des choses. Ou bien alors, ce sont des choses qui renvoient à autre chose. Comme le dit Georges Didi-Huberman, « l’image est toujours image d’autre chose. »

Ainsi une image n’est pas une chose comme une autre, l’image n’est pas un objet.

Mais attention, direz-vous : il ne faut pas confondre les images et l’image… L’image peut aussi désigner l’expérience du spectateur qui regarde une image, le phénomène qu’occasionne la rencontre d’une image.

Comme on l’a vu dans l’article précédent, choisir les images que l’on regarde pose trois problèmes épineux. Si on met à part le premier – « est-ce qu’on a vraiment le choix ? » -, dont on pourra reparler à l’occasion, il en reste deux. La réflexion de Marie José Mondzain ouvre un chemin fructueux pour surmonter les problèmes n°2 et 3.

Lisant son Homo Spectator, on vit comme une plongée verticale dans la compréhension de l’image. Sa pensée toute singulière de l’image s’alimente aux sources de l’histoire, de la théologie, de la philosophie, de l’anthropologie et parfois de la psychanalyse. En partageant son cheminement sur l’image, on récolte premièrement des raisons de se soucier des images que l’on regarde et deuxièmement un horizon pour discerner la valeur de son expérience d’une image.

Des raisons de se soucier des images que l’on regarde

Nous disions qu’il faut distinguer les images et l’image.

Au sens le plus courant, les images sont ces objets visuels curieux dans la mesure où ils n’ont d’autres fonctions que d’être des objets pour le regard des humains. Présentement, on s’interroge sur ce qui peut en particulier appuyer le choix réfléchi des images audiovisuelles d’information.

L’image, en revanche, qu’est-ce que c’est ? Le mot peut désigner bien des choses. Marie José Mondzain s’en sert quant à elle pour nommer un processus, une dynamique, dont seul serait capable l’être humain, et qui peut donner lieu à des choses comme celle-là.

Main négative dans la grotte Chauvet (-30 000 ans av JC)

Ce que l’on voit ci-dessus est l’une des plus anciennes images visuelles connues à ce jour. Les paléontologues appellent cela une main négative. Marie José Mondzain imagine le récit de sa création. Imaginant ce récit, elle y trouve le sens fondamental de l’image (l’image en général). La fiction lui sert à comprendre l’expérience humaine fondamentale dont la main négative est la trace.

Selon ses mots, l’existence de la main négative suppose le pouvoir d’effectuer des opérations imageantes. Les opérations imageantes rendent l’homme capable d’échanger des signes, comme des images visuelles  ou des paroles. Ces échanges de signes sont le moyen privilégié qui permet aux humains de vivre des relations de sujet à sujet. Dans ces relations intersubjectives, l’autre humain n’est pas considéré comme un objet, mais comme un sujet à l’égal de soi-même.

Ainsi, est sujet celui qui est capable de voir dans certains objets – dont font partie les dessins – un signe adressé par un autre humain à lui-même.

Si l’homme voit une image quand il aperçoit une image visuelle, c’est parce qu’il est doué d’un pouvoir imageant. Devant une image visuelle, celui qui regarde voit effectivement une image, seulement s’il est capable de ce processus que Marie José Mondzain nomme l’image, au singulier. Ainsi, dans sa réflexion, le sens du mot image subit un glissement. Elle ne l’utilise plus pour désigner une classe d’objet. Elle l’utilise pour désigner une action, l’ensemble des opérations imageantes, ou bien une faculté, le pouvoir imageant. Ainsi, l’homme est doué d’image.visage humain, tâches de couleur, circuits électroniques

L’image rend l’homme capable d’une relation de sujet à sujet. Grâce à l’image, l’homme accède à la vie morale et politique, à la culture. A ce titre, il me paraît raisonnable d’admettre que le regard des images compte assez dans l’accomplissement d’une existence humaine pour que le spectateur prenne soin de ce qu’il regarde.

Mais toutes les images visuelles, à l’expérience, ne relèvent pas de l’image au sens où Mondzain l’entend. Je me souviens ainsi de ce reportage de BFMTV qui me fit faire une expérience à l’arrière-goût douteux. Au lieu d’instaurer des relations respectueuses entre spectateur, auteur et personnes présentées dans le reportage, l’image d’information semble y devenir une confiserie pour les yeux du spectateur fatigué. Bien sûr, c’est une expérience banale que tout un chacun aura déjà maintes fois vécue au contact des images. Il y a des images visuelles qui, par le dispositif qu’elles constituent, favorisent les opérations imageantes, et d’autres, au contraire, qui les freinent ou les stoppent.

De ce fait, les spectateurs ont intérêt à exercer un discernement pour protéger ou renouveler ce qui les fait sujets capables de relations proprement humaines.

Comment reconnaître les images qui construisent le sujet ?

Or, quand on cherche à apprécier le rôle des images dans l’existence humaine, on commence justement par cette approche moderne spontanée, qui consiste à chercher ce qui caractérise les objets images. On étudie les effets d’objets-images sur les individus qui les regardent. En effet, dans une telle approche empirique, on réduit volontiers la réalité de l’image en général à une somme d’images visuelles qui défilent dans notre imagination. Ce faisant, on ne comprend les images visuelles que selon l’expérience sensible qu’on en fait. On pense qu’on pourra trouver leur sens en les analysant, en les décortiquant. Les images visuelles, vues comme des objets visuels, livreront tôt ou tard leur sens à la science !

Dans cette première approche, on comprend la relation aux images comme une relation d’un sujet spectateur à un objet visuel. Mais ceci rend la relation aux images très compliquée à saisir. En effet, une image est très difficile à déterminer une fois pour toute, du point de vue de son impact sur ceux qui la regardent. Les images sont-elles des objets dont on pourrait déduire les pouvoirs en repérant leurs caractéristiques objectives (couleur, forme, composition, …) ?

Les images ne peuvent pas être bien comprises si on les conçoit sur le modèle de machines dotées de pouvoirs. En publicité par exemple, on ne prévoit pas bien les effets d’une image. Les publicitaires en font souvent les frais. De même, en critique d’art, on ne finit pas de commenter une même image. On peut revoir une image en en faisant chaque fois une expérience nouvelle.

Or, c’est justement cela qui nous importe : l’expérience qu’on fait d’une image. Pour mieux comprendre l’expérience d’une image donnée, abandonnons la première piste spontanément suivie ! Renonçons à concevoir les images comme des objets, indépendamment de la situation qui met en jeu celui qui regarde et celui qui montre. Remontons, en quelque sorte, au cœur du réacteur. Remontons à ce qui permet la création d’images visuelles, qui est tout autant ce qui permet de voir une image lorsqu’une image visuelle est effectivement devant nos yeux. Revenons au processus vivant de l’image, ce processus capable de mettre en relation des sujets.

A ce niveau, cela paraît simple. Dans chaque situation, le spectateur pourrait s’exercer à repérer si, en regardant une image d’information, il vit des opérations imageantes. L’image regardée l’installe-t-il dans une relation de sujet à sujet, ou bien plutôt de sujet à objet ?

2 yeux regardent

En situation, ce n’est pas si simple d’y voir clair. Il n’est pas évident de démêler les fils de son expérience pour pouvoir dire : là je fus nettement installé dans une relation à un objet, et là je fus franchement mis dans une relation intersubjective !

Rendez-vous dans le dernier épisode pour aller plus loin et découvrir 6 critères plus concrets pour discerner le relief de nos expériences d’images.

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Mis à jour le mardi 20 novembre 2012

Trois problèmes autour du choix des images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 4/6   –   Revenir à l’épisode précédent 3/6

"ZAP" brouillé

Au moins trois grands problèmes se présentent au spectateur désireux de choisir les images qu’il regarde.

  • Est-ce qu’on a vraiment le choix en la matière ?
  • En quoi serait-ce pertinent de choisir les images que l’on regarde ?
  • Concrètement, comment faire pour les choisir ?

Est-ce qu’on a vraiment le choix ?

Il y a plusieurs raisons de penser que la marge de manœuvre du spectateur est limitée.

Les images semblent souvent s’imposer à nous : les panneaux 3×4 bien placés pour attirer notre regard, les flux d’images sur écran dont la programmation nous échappe, etc. Il est facile d’énumérer quantité d’expériences quotidiennes où l’image nous surprend et souvent capture notre regard. Nous nous retrouvons alors regardant l’image sans l’avoir choisie.

Une image d'actualité parmi d'autres sur un mur d'écransPlus encore, comment choisir de regarder une image sans l’avoir d’abord regardée ? Autrement dit, choisir de regarder est-il tout simplement impossible du fait de la nature du regard ?

Enfin, quand bien même on pourrait choisir les images, la variété de l’offre médiatique est-elle suffisante pour que le choix du spectateur ne se réduise pas qu’à la simple alternative entre allumer ou éteindre ses écrans ?

C’est ainsi que m’apparaît le premier problème  qui entrave la voie qui mène à l’exercice d’un choix effectif des images regardées. Dans le contexte actuel de la vie quotidienne d’un citoyen urbain de société industrialisée et démocratique, le spectateur a-t-il vraiment le choix ?

En quoi serait-ce pertinent de les choisir ?

Enfant spectateur les yeux grands ouverts.

La deuxième difficulté concerne la pertinence d’une telle démarche. Pourquoi serait-ce important pour le spectateur de choisir les images qu’il regarde ? A fortiori, en ce qui concerne les images d’information audiovisuelle, qui ont servi à illustrer concrètement cette réflexion. La réponse réside dans le rôle joué par les images dans une existence humaine.

A ce propos, certains affirment le danger de certaines images pour le spectateur. D’autres supposent que les images sont toujours anodines, sans effets notoires (de long-terme) sur leurs spectateurs. Sur ce point, il s’avère que la communauté scientifique n’est pas parvenue à un consensus.

En attendant de voir prouver, si un jour c’est possible, la nature et l’intensité exactes des effets bénéfiques ou dommageables des images, doit-on laisser tomber la question d’un spectateur qui veut choisir plus consciemment et rationnellement les images qu’il regarde ? En quoi le choix des images peut s’avérer vraisemblablement vital pour les spectateurs ?

Comment choisir ?

Manuel du parfait petit spectateur - livre humoristiqueSi on admet que le choix des images regardés est vital, comment l’opérer ? Le troisième défi à relever pour répondre à notre question de départ est de parvenir au résultat opérationnel exigé par la question qui nous occupe. Autrement dit, un résultat qui puisse servir à un spectateur en situation réelle. Il est chez lui devant une télévision ou un ordinateur, il est pris dans ses occupations, etc. Il n’est pas dans une salle de cours à pouvoir parler des heures d’une image regardée pendant quelques minutes.

Il lui faut donc disposer de quelque chose qui tienne en poche, ou bien de quelque chose qui développe chez lui une sorte de 6e sens. La réponse sera opérationnelle si elle lui permet in fine de jauger rapidement et si possible en toute situation de la valeur de son expérience face à une image d’information.

Votre avis m’intéresse !

Ai-je oublié un aspect du problème ? L’auriez-vous posé autrement ? Sûrement… Ne vous gênez pas, votre avis m’intéresse ! Les commentaires sont là pour ça.

Ce que j’ai pu trouver à ce jour, je le dois essentiellement au travail courageux de la philosophe Marie-José Mondzain. Sa réflexion sur l’image ouvre une voie entre ces trois obstacles.

C’est à lire dans l’épisode 5/6 : « l’image n’est pas un objet ».

Jeune femme pointant la télécommande vers nous, un bol de chips surles genoux

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Une approche pragmatique du regard sur les images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 3/6   –   Revenir à l’épisode précédent 2/6

Couteau suisse marqué de l’œil d'Horus, devant un écran TV éteint.

Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

D’après mes recherches bibliographiques, très peu semble avoir été fait jusqu’à présent, pour répondre directement et surtout de manière approfondie à cette question. Certes, de nombreux propos évoquent explicitement la responsabilité par rapport à l’image. Mais le plus souvent, c’est la responsabilité du diffuseur qui est discutée. On soupçonne vite de moralisme celui qui parle de mieux choisir les images regardées. Finalement, dans la sphère scientifique, on préfère éluder la question, ce qui revient à faire comme si le spectateur n’avait aucune responsabilité dans l’expérience qu’il fait en regardant des images. On ne cherche pas à éclairer l’exercice de cette responsabilité.

Obtenir un résultat opérationnel…

Aborder la relation aux images sous l’angle du spectateur, sous l’angle de sa responsabilité dans l’expérience qu’il en fait et de ce qu’il peut en tirer pour lui-même : tel semble être une approche rarement entreprise.

Afin d’être le plus clair possible, il est bon de préciser une fois pour toute qu’il n’est pas question ici de rendre compte des choix qui se font, même si l’étude des choix effectués est naturellement intéressante. La question présente est celle d’un spectateur qui souhaite effectuer des choix plus profitables pour lui-même. Et pour l’y aider, on cherche le moyen qui l’aiderait à discerner la valeur pour lui d’une expérience donnée d’image d’information.

Quel que soit le résultat obtenu par cette réflexion, il sera positif s’il est au moins applicable à la pratique du regard. Autrement dit, la réponse à la question posée doit consister en des éléments rationnels qui soutiennent le discernement d’un spectateur en situation.

… Selon une approche pragmatique

Atteindre l’objectif visé passe par une compréhension de la relation du spectateur aux images. A cette fin, j’ai choisi une approche pragmatique, sous la direction de Marie-Dominique Popelard (Art et communication, Paris 3).

Je n’entends pas « pragmatique » au sens courant du mot. Couramment, on qualifie de pragmatique celui qui adapte ses décisions aux faits réels, à la situation concrète au sein de laquelle il doit prendre ses décisions, éventuellement au détriment d’une vision ou d’un idéal. Sa priorité est l’accomplissement de l’action, l’atteinte d’un résultat.

Ici, en fait, je me réfère au courant de philosophie pragmatique, inauguré par Charles Sanders Peirce entre autres. Mon approche est d’ordre pragmatique parce que c’est une situation communicationnelle complète qui est prise en charge. L’ambition est de ne rien omettre de ce qui peut engendrer l’expérience de celui qui regarde. La situation étudiée comprend ainsi le spectateur, l’image, celui qui montre l’image et enfin, le contexte dans lequel l’image est regardée. En un mot, ce n’est pas l’image seule qui est l’objet de mon étude, comme cela aurait été le cas en sémiologie, mais l’expérience qu’on peut en faire.

Est-ce faisable ?

Dès lors, ne se trouve-t-on pas devant quelque chose de totalement insaisissable, tant sont nombreuses les variables qui peuvent affecter nos expériences d’image ? Un unique spectateur peut faire mille expériences d’une même image au cours de son existence.

Oui, sur ce chemin, il faudra sans doute lâcher prise. Il faudra renoncer à attacher à chaque image rencontrée une valeur définie pour toujours de manière universelle. Si on le fait cependant dans le courant de la réflexion, il faudra accepter la fragilité d’un tel jugement, son caractère relatif.  Une telle approche est susceptible de déboucher sur l’exigence pour le spectateur responsable d’une constante vigilance devant les images. De fait, notre approche cible la relation aux images, non une connaissance encyclopédique de la valeur des images.

La question initiale demeure

Quelle que soit la faisabilité d’une telle approche, il me semble que rien ne peut éteindre la question du spectateur qui fait face à la profusion des images : pourquoi regarder telle ou telle image ? Celle-ci plutôt que telle autre ?

Trois problèmes se présentent au spectateur qui veut choisir ses images plus rationnellement.

Spectateurs intéressés par mon questionnement, vous m’avez aidé à mettre le doigt sur ces trois grandes difficultés qui, si elles étaient résolues, ouvriraient la voie à une solution.

Rendez-vous dans l’épisode 4/6 : « Trois problèmes autour du choix des images ».


Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Le choix du regard sur les images d’information

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 1/6

Mur d'écran

Face à un reportage de JT ordinaire, pourquoi ne pas exercer une fois de temps en temps quelque étonnement ? Histoire de s’interroger, non plus seulement sur ce qu’on nous montre, mais aussi sur ce que nous regardons.

Je m’interroge sur la relation du spectateur aux images audiovisuelles. En tout premier j’ai saisi la question du choix. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ? Le but est pratique. On étudie beaucoup les choix qui se font. Mais je cherche ce qui peut instruire un choix qui est encore à faire, à l’échelle de chaque spectateur.

Au terme d’une première étape, ma recherche débutante m’a conduit à proposer en réponse 8 critères, puis finalement 6, pour choisir ses images d’information. A titre expérimental, je propose ainsi six foyers de questions à la disposition d’un spectateur qui veut apprécier le relief de ses expériences personnelles d’images.

D’où viennent donc ces six critères ? Comment les comprendre et les utiliser ? Sur quelles questions débouche ma recherche ? Les 5 articles suivants répondent à ces questions. Le premier raconte la naissance de ma question de départ, « Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ? », pour mieux la comprendre.

Aller à l’épisode suivant.