Archives par étiquette : communication

L’éthique peut-elle se mêler des images ?

Ethique et images ne font pas bon ménage. Remettre en cause telle ou telle image menace les libertés fondamentales de création et d’expression. Y aurait-il une approche qui respecte ces libertés sans éluder la question éthique ?

Couteau suisse du discernement visuel

Cet article résume le feuilleton précédemment publié à propos du choix des images d’information par le spectateur.

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public. Or, il se trouve qu’en première approche, nous appréhendons les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous qui ne faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre éthique.

Certes, une image ne peut contenir en elle-même d’enjeux éthiques. En effet, la réflexion éthique concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous discutons la pertinence éthique des actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est d’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Estimer la valeur éthique de chaque expérience d’une image

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que la méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.

L’obstacle principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique. Nous les examinons comme des objets techniques, plus exactement comme des projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile caractérisé par un pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer une image n’est pas liée à ses propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les images ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour observer les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même plus pressante, à mesure que se décuple notre pouvoir de produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler de la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?

Pour y répondre, doit-on se contenter de sa jugeote personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

L’image comme relation

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Considérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, l’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain, où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humaine, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

  • Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?
  • L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?
  • L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?
  • Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


NB :

– Sur la question de la retouche, suggérée par l’illustration de cet article, voir le reportage Arte où intervient André Gunthert.

– Sur la retransmission en direct des événements du 11 septembre, voir également Replay 9/11 son article sur mesure…

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à leur l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public qui les regarde. Or, il se trouve qu’ en première approche, nous appréhendons facilement[H1] les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, ils les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! De ce fait,C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous humains qui ne font faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre leur caractère éthique.

En réalitéCertes, l’image une image en elle-même ne peut contenir en elle-même denjeux éthiques. peut être jugée plus ou moins éthique, carEn effet, la réflexion éthique considère concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous réfléchissons discutons la pertinence éthique dsur les actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la pure[H2] simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est de modifier le rapport au monde [H3] et les aspirations des consommateursd’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général généralement que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication visuelle par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit souvent ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que l’état des connaissances en matière d’imagela méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.[H4]

L’obstacle n°1[H5] principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique[H6] . Nous les examinons comme desun objets techniques, plus exactement comme desun projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile dont on peut mentionnercaractérisé par un le pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer unees images n’est pas liée à ses ne sont pas des projectiles dont on pourrait déterminer des propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les imagesElles ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour celaobserver les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! L’approche Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, est spontanée mais elle laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même actuellement plus pressante, à mesure que se décuple nt notre pouvoir de en [H7] produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler ainside la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?[H8]

Pour y répondre, doit-on se résigner à en rester à sacontenter de sa jugeote[H9] personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Repartons[H10] deConsidérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, lL’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain[H11] , où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut humain peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humainesuit cette compréhension existentielle de l’expérience des images, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. Regardant A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

· Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?

· L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?

· L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?

· Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour celui qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


[H1]inutile

[H2]Simple ?

[H3]A expliquer ?

[H4]Et donc ?

[H5]Quand on m’annonce l’obstacle n°1 en exergue, j’attends ensuite le n°2. ??

Remplacer par « principal »

[H6]Quid de rapprocher tout de suite ceci avec la sc expérimentale ?

[H7]Redire « image » ?

[H8]On se met donc du point de vue du spectateur ?

[H9]Trop familier

Discernement ? Conscience ?

[H10]Faisons

[H11]De quel processus parle-t-on ? Processus de mise en relation ?

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à leur l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public qui les regarde. Or, il se trouve qu’ en première approche, nous appréhendons facilement[H1] les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, ils les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! De ce fait,C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous humains qui ne font faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre leur caractère éthique.

En réalitéCertes, l’image une image en elle-même ne peut contenir en elle-même denjeux éthiques. peut être jugée plus ou moins éthique, carEn effet, la réflexion éthique considère concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous réfléchissons discutons la pertinence éthique dsur les actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la pure[H2] simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est de modifier le rapport au monde [H3] et les aspirations des consommateursd’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général généralement que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication visuelle par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit souvent ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que l’état des connaissances en matière d’imagela méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.[H4]

L’obstacle n°1[H5] principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique[H6] . Nous les examinons comme desun objets techniques, plus exactement comme desun projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile dont on peut mentionnercaractérisé par un le pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer unees images n’est pas liée à ses ne sont pas des projectiles dont on pourrait déterminer des propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les imagesElles ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour celaobserver les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! L’approche Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, est spontanée mais elle laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même actuellement plus pressante, à mesure que se décuple nt notre pouvoir de en [H7] produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler ainside la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?[H8]

Pour y répondre, doit-on se résigner à en rester à sacontenter de sa jugeote[H9] personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Repartons[H10] deConsidérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, lL’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain[H11] , où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut humain peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humainesuit cette compréhension existentielle de l’expérience des images, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. Regardant A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

· Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?

· L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?

· L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?

· Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour celui qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


[H1]inutile

[H2]Simple ?

[H3]A expliquer ?

[H4]Et donc ?

[H5]Quand on m’annonce l’obstacle n°1 en exergue, j’attends ensuite le n°2. ??

Remplacer par « principal »

[H6]Quid de rapprocher tout de suite ceci avec la sc expérimentale ?

[H7]Redire « image » ?

[H8]On se met donc du point de vue du spectateur ?

[H9]Trop familier

Discernement ? Conscience ?

[H10]Faisons

[H11]De quel processus parle-t-on ? Processus de mise en relation ?

— /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Calibri », »sans-serif »; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;} –>