Archives de catégorie : Critique

Ce que m’inspire ces films.

Reine des Neiges : le clip qui cartonne

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wQP9XZc2Y_c[/youtube]

Le clip francophone mis en ligne par Disney FR culmine aujourd’hui à 66 690 000 vus. C’est un extrait du film sorti en décembre 2013 et qui a fait 5 150 000 entrées en France (jackpot pour un dessin animé). Il conclut le 1er des trois volets de l’intrigue. Ce n’est pas le dénouement. Pourtant, c’est cet extrait qui est le plus visionné. Pourquoi ?

Sans doute parce que la happy end du film est décevante et invraisemblable, humainement parlant.

Si vous avez au moins une petit fille chez vous, je ne dois rien vous apprendre. La chanson, bien fagottée, a certes tout pour plaire. Par le son et l’image, elle exalte l’émancipation dont rêvent plus ou moins les (petites) filles ? Pendant que la magnifique jeune fille blonde aux yeux bleus clame qu’elle se sent « libérée, délivrée… », on la voit  s’enfermer seule dans son palais de glace, en s’y trouvant fort bien. Belle figure de style, expression puissante, abondamment parodiée.

Pourquoi on en reste là ?

Certes, ce n’est qu’une étape dans le film, mais c’est malheureusement là qu’en restent les spectateurs, même après coup. En témoigne le méga-succès du clip original.

Pourquoi on en reste là ? Pourquoi est-ce « le meilleur souvenir du film » ?

Ma thèse, c’est donc que la suite du film ne délivrera pas « crédiblement » la princesses de son enfermement. La princesse ne se mariera pas à la fin, elle ne s’ouvrira pas à l’altérité. Elle redevient la grande soeur admirée du début du film, donc prisonnière d’une image ; celle qu’attend d’elle sa petite soeur – sa jumelle à la couleur des cheveux près ! Elle reste prisonnière de la mêmeté dirait Paul Ricoeur. Bref, comme souvent avec du Disney pur jus, on reste coincé dans l’imaginaire (Cf. Peter Pan).

Il faudra revoir Cars, Kirikou ou la Grande aventure Lego pour en sortir !! A moins que la Reine des Neiges 2 permette à la grande soeur de s’émanciper, cette fois-ci pour de bon ?

Et quel rapport avec le conte d’Andersen ?

La lecture du conte d’Andersen, dont ce film est librement inspiré, est bien plus intéressante. Le dénouement en est l’amour fidèle entre un petit garçon et une petite fille. La Reine des Neiges y est une créature maléfique symbolique, à peine incarnée. La petite fille amoureuse a réussi à braver toutes les épreuves pour délivrer son amoureux prisonnier de la Reine des Neiges, qui symbolise un idéal imaginaire séduisant, fascinant, qui a piégé le garçon. Mais l’amour fidèle et sans faille de la petite fille sauve le petit garçon de sa prison glacée où il était devenu immobile et sans expression. Victoire de la vie, victoire sur la mort symbolisée par l’univers glacé.

Au fond, le film de Disney sombre dans la fascination pour le personnage d’Andersen et ce qu’il symbolise, fascination d’ailleurs servie par un dessin virtuose époustouflant : on nous en met plein les yeux…

C’est cohérent !

Gravity, or not gravity ?

Astronaute seul dans l'espace

Fabuleux exercice de style que j’aurais aimé voir en 3D, tant il s’y prêtait. Depuis le temps que j’y pensais : que se passe-t-il quand un astronaute est séparé de son vaisseau ?

Je n’ai pas tellement profité des vues de la Terre. Faute au manque de 3 D ? Ou au besoin de survie prioritaire sur la contemplation, qui surgit quelques minutes après le début ?

Lire la suite de l’article après avoir vu le film.

Réalisme

On y est comme dans Apollo 13, sauf quelques procédés dramatiques téléphonés, du genre : je m’en sors juste à temps, une seconde plus tard j’étais cuit (au moins trois au compteur). Visuellement cela paraît nickel, et je me demande comment ils ont pu simuler l’apesanteur en permanence. On parle d’effets visuels : oui, alors c’est fort bien fait. La chance dans ces cas-là c’est qu’on a tendance à regarder les visages qui eux sont bien réels. Seule liberté prise par le réalisateur, à ma connaissance, c’est l’absence de réverbération lumineuse des vitres des scaphandres (indispensable pour se protéger des UV), dans le souci légitime de nous donner accès visuel aux visages.

Dernier point d’interrogation pour moi : que fait la station chinoise à 100 km de l’internationale ? Le monde est grand quand même.

Existence

Film de survie, Gravity joue sur le ressort dramatique le plus basique qui soit, le plus universel : l’instinct de survie, donc. OK, le cadre s’y prête parfaitement et n’avait pas tant été utilisé avant. Je ne me souviens que d’Apollo 13 et d’une séquence de 2001. On a donc le goût de la découverte.

Objectif plus ou moins atteint sur sa capacité à nous faire goûter la vie, par exemple à travers la sensation retrouvée de la gravité à la fin.

J’accroche plus ou moins aux débats intérieurs de Ryan (Sandra Bullock). Mais cela paraît une nouvelle fois vraisemblable.

Matt sauve Ryan, par le geste et aussi la parole, l’air de rien. Ryan doit beaucoup à Matt, pour ces quelques minutes vécues ensemble. C’est le cœur du film au fond : Ryan survit grâce à la chance, à son talent, mais aussi, de manière indispensable, grâce au geste et à la parole d’un autre.

La destruction en chaîne des modules habitables en orbite jette un froid sur l’avenir de la conquête spatiale. Cela nous partage une vision apocalyptique de la chose (07/11 : le salut n’est pas dans la conquête spatiale. Adieu les 70’s et les 80’s). On y assiste sans mots, depuis le seul point de vue d’un être humain qui n’en a cure, avec comme seule priorité la survie.

Côté existence, ça va, mais pas de grandes révélations. On survit quoi ! Comme après un (très) gros coup de stress, du genre l’accident qui aurait pu tourner beaucoup plus mal. Avec un tel décor et un tel scénario, on aurait pu attendre davantage. Tant pis, le sujet reste disponible pour une autre tentative !

Finalement, l’intérêt du film reste surtout l’expérience humaine de l’espace, que l’on peut faire devant l’écran. Il manque ce quelque chose d’unique qu’un très bon film me procure, que j’appellerais l’enrichissement existentiel.

Et si on m’y collait ?

Bravo les artistes ! J’espère aller le revoir en 3D, ce sera géant.

Imaginons maintenant que, dans une autre vie, on me confie ce scénario et le même budget de 100 millions de dollars.

Primo, j’aurais pris la même équipe. Le scénario aussi, en réaménageant les dialogues existentiels à partir de ma propre expérience… à défaut de mieux.

Secundo, j’aurais évité la musique bruyante, qui nous éloigne de l’image si réaliste. Peut-être quelques bouts de musique classique ou baroque par-ci par-là. Mais pas pour faire péter l’adrénalyne, parce que ces jaillissements sonores en 12.1 ne font que déréaliser ce qui se passe.

Tertio, bien que Clooney et Bullock jouent bien, j’aurais pris des acteurs inconnus, pour augmenter encore le réalisme et également l’identification aux personnages qui est un ressort essentiel de l’expérience du spectateur d’un tel film.

…. Et quatrièmement, j’aurais mis plus de contemplation, puisque c’est le loisir préféré de la plupart des astronautes en orbite terrestre.

A vous de jouer !

Tracy_Caldwell_Dyson_in_Cupola_ISS

"Vraie" photo prise dans l'ISS. Autoportrait de Tracy Caldwell Dyson devant le hublot panoramique.

Tree of Life : drôle d’impact !

Drôle d’impact de ce film original : les réactions toujours opposées des spectateurs, qui sont soit indifférents, soit admiratifs.

Mais avLe père dans Tree of Lifeec ce film, peut-être faut-il abandonner notre tendance naturelle à hiérarchiser entre mauvais, bon et excellent film ? En effet, accepter que, comme devant un tableau, on entre ou on n’entre pas… Là, certainement, renoncer à être « pris » par l’histoire, alors qu’on en a tellement l’habitude avec les films américains si bien écrits pour accrocher l’attention.

Je suis en effet sorti de la salle comme Pier-Alexis, avec des sentiments mitigés : entre les images profondes et belles, et le curieux agencement des séquences, je ne parvenais pas à attribuer une note au film !

Puis dans les jours qui ont suivi, des images du film ont vécu dans mon esprit comme des graines qui ont poussé. Elles vivaient encore et montraient leur fécondité à produire ce que moi j’attends personnellement des images : me faire connaître et aimer la vie, ou en un mot me faire vivre.

Au final, j’apprécie beaucoup le film, sans vouloir le comparer à d’autres et sans le trouver parfait. Ce film ne s’impose pas aux spectateurs, preuve empirique en est les avis divergents de manière opposée.

Ses images se goûtent pour qui veut bien, mais dans la durée.