Archives de l’auteur : Hughes Lefebvre

Spectator

“Le regard est un choix. Celui qui regarde décide de se fixer sur telle ou telle chose et donc forcément d’exclure de son attention le reste de son champ de vision. C’est en quoi le regard, qui est l’essence de la vie, est d’abord un refus.” Métaphysique des tubes (2000), Amélie Nothomb. C’est le point de départ de ma recherche initiée en 2010 à l’Institut des Arts et Médias de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, après 14 ans d’activité professionnelle, notamment en production audiovisuelle. Le regard est un choix : cela paraît évident, quand on y réfléchit, puisque regarder, c’est d’abord fixer ses yeux sur un objet. Pour autant, on ne va pas facilement jusqu’à se demander ceci : pourquoi regarder telle ou telle image ? Qu’est-ce qui dépend de nous dans l’expérience que nous faisons des images ?

Reine des Neiges : le clip qui cartonne

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=wQP9XZc2Y_c[/youtube]

Le clip francophone mis en ligne par Disney FR culmine aujourd’hui à 66 690 000 vus. C’est un extrait du film sorti en décembre 2013 et qui a fait 5 150 000 entrées en France (jackpot pour un dessin animé). Il conclut le 1er des trois volets de l’intrigue. Ce n’est pas le dénouement. Pourtant, c’est cet extrait qui est le plus visionné. Pourquoi ?

Sans doute parce que la happy end du film est décevante et invraisemblable, humainement parlant.

Si vous avez au moins une petit fille chez vous, je ne dois rien vous apprendre. La chanson, bien fagottée, a certes tout pour plaire. Par le son et l’image, elle exalte l’émancipation dont rêvent plus ou moins les (petites) filles ? Pendant que la magnifique jeune fille blonde aux yeux bleus clame qu’elle se sent « libérée, délivrée… », on la voit  s’enfermer seule dans son palais de glace, en s’y trouvant fort bien. Belle figure de style, expression puissante, abondamment parodiée.

Pourquoi on en reste là ?

Certes, ce n’est qu’une étape dans le film, mais c’est malheureusement là qu’en restent les spectateurs, même après coup. En témoigne le méga-succès du clip original.

Pourquoi on en reste là ? Pourquoi est-ce « le meilleur souvenir du film » ?

Ma thèse, c’est donc que la suite du film ne délivrera pas « crédiblement » la princesses de son enfermement. La princesse ne se mariera pas à la fin, elle ne s’ouvrira pas à l’altérité. Elle redevient la grande soeur admirée du début du film, donc prisonnière d’une image ; celle qu’attend d’elle sa petite soeur – sa jumelle à la couleur des cheveux près ! Elle reste prisonnière de la mêmeté dirait Paul Ricoeur. Bref, comme souvent avec du Disney pur jus, on reste coincé dans l’imaginaire (Cf. Peter Pan).

Il faudra revoir Cars, Kirikou ou la Grande aventure Lego pour en sortir !! A moins que la Reine des Neiges 2 permette à la grande soeur de s’émanciper, cette fois-ci pour de bon ?

Et quel rapport avec le conte d’Andersen ?

La lecture du conte d’Andersen, dont ce film est librement inspiré, est bien plus intéressante. Le dénouement en est l’amour fidèle entre un petit garçon et une petite fille. La Reine des Neiges y est une créature maléfique symbolique, à peine incarnée. La petite fille amoureuse a réussi à braver toutes les épreuves pour délivrer son amoureux prisonnier de la Reine des Neiges, qui symbolise un idéal imaginaire séduisant, fascinant, qui a piégé le garçon. Mais l’amour fidèle et sans faille de la petite fille sauve le petit garçon de sa prison glacée où il était devenu immobile et sans expression. Victoire de la vie, victoire sur la mort symbolisée par l’univers glacé.

Au fond, le film de Disney sombre dans la fascination pour le personnage d’Andersen et ce qu’il symbolise, fascination d’ailleurs servie par un dessin virtuose époustouflant : on nous en met plein les yeux…

C’est cohérent !

Une image qui donne chair

Jeudi 15 mai 2014 sur LCP, j’ai fait l’expérience du pouvoir de l’image d’incarner une réalité abstraite.

Les 5 candidats côte à côte

Il s’agissait du débat entre les cinq candidats déclarés à la présidence de la Commission européenne, retransmis dans plus de 30 pays en direct (Eurovision), pour rejoindre plus de 400 millions d’électeurs.

Pour moi, Européen favorable à une Europe plus intégrée politiquement et plus solidaire, ce fut un très grand moment, bien plus que je ne l’imaginais. Un moment historique ! A ce qu’on disait, c’était le premier débat politique en direct retransmis dans toute l’Union Européenne. Tous les Européens y étaient conviés pour assister à une discussion entre leurs représentants potentiels, au sujet de leur passé et de leur avenir commun en Europe.

Verhofstadt-et-Juncker-le-15-mai-2014
Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (PPE) et le Belge Guy Verhofstadt (ADLE)

Tares

Certes, on pouvait regretter :

–        La superficialité des propos réduits à des tranches d’une minute par candidat, qui ne pouvaient entrer dans les détails et fournir des exemples concrets, dans les 90 minutes imparties.

–        L’absence de paroles plus franchement eurosceptiques, qui auraient rendu le débat plus contradictoire, plus démocratique et plus intéressant.

–        La difficulté d’accès au débat, d’une part diffusé en France sur 3 petites chaînes, et d’autre part traduit de l’anglais au français en direct, en voix off, ce qui supposait un effort d’attention soutenu, surtout les 15 premières minutes. (on peut imaginer que cela a découragé plus d’une bonne volonté).

Un compte-rendu plus complet et équilibré se trouve sur l’Express.

Emerveillement

J’ai éprouvé une sensation d’émerveillement. Enfin l’Europe me semblait avoir pris chair pour la première fois à mes yeux. Enfin elle semblait exister, se rapprocher de moi, citoyen. Comment cela s’est-il fait ? Qu’est-ce qui a rendu cela possible ?

L’Europe soudain s’est incarnée dans une discussion partagée par des millions d’auditeurs réels ou potentiels à travers toute l’Union Européenne. A chaque téléspectateur s’adressaient successivement les cinq candidats. Je les découvrais de fait ce soir là, avant je ne les connaissais que de nom. J’entendais et je regardais chacun, parlant à l’ensemble des citoyens électeurs.

animateurs

Les animateurs : un Anglais et une Italienne.

Debat-europeen_4_plan-ensemble

Nous sommes dans un Parlement européen strasbourgeois plein à craquer.

Il y avait le candidat centriste Guy Verhofstadt, réaliste, énergique et volontaire. Le conservateur Jean-Claude Juncker, paternel et rassurant. Le social-démocrate Martin Schulz, bonhomme, l’air sérieux et concerné, soucieux du sort des travailleurs. Alexis Tsipras, en extrême gauche assez modéré finalement, debout et calme pour invoquer une réduction des dettes nationales par leur annulation, et pour défendre étrangement la politique russe actuelle en Ukraine. Et surtout… la rayonnante Ska Keller pour les écologistes, incarnant naturellement jeunesse, féminité, beauté et optimisme (un très léger sourire accompagnant toutes ses interventions). Sa fraîcheur et son dynamisme faisait souffler un vent d’avenir et d’optimisme : pas évident quand on sait ce qui nous attend côté environnement !

Ska-Keller_15-mai-2014
L’Allemande Ska Keller, née en 1981, élue candidate des Verts par les militants écologistes d’Europe.

En fait j’ai déjà tout dit ! L’Europe existe davantage politiquement si elle devient un dialogue partagé par ses citoyens. Sur l’aspect philosophico-politique de la chose, cela rappelle fortement la théorisation de Jürgen Habermas à propos de l’espace public. Même si l’idéal formulé par cette thèse n’est pas atteignable, je reconnais que dans mon salon hier soir, j’ai vécu quelque chose de cet idéal qui s’est en partie réalisé.

The right place to be

Avant cette émission, c’était quoi l’Europe ? Comment percevais-je le débat politique européen ? Des articles dans les journaux, des commentaires et analyses dans les blogs et à la radio. La TV, elle, en restait à mes yeux à des micro-reportages superficiels et à la retransmission systématique de petites phrases lapidaires de nos « têtes politiques de gondole » naviguant sur les clichés. Ainsi l’Union Européenne m’apparaissait finalement sous un angle technocratique, mot utilisé sans forcément y voir le côté péjoratif de la chose. Il y avait toujours un intermédiaire entre moi et l’Europe : le journaliste expert.

Jeudi 15 mai, j’ai senti qu’on était au bon endroit. Des personnes pour qui j’allais voter, des élus potentiels, me parlaient directement. Par ailleurs, j’ai senti que, cette discussion concernant un seul ensemble de 500 millions d’habitant, on avait vraiment la masse critique pour faire le poids face aux vieux et nouveaux géants de notre monde. Ce n’était donc pas des mots en l’air que j’entendais, frappés du sentiment d’impuissance que m’inspire le débat entre les deux grands partis français qui alternent au pouvoir depuis 30 ans, pendant que le bateau France est entraîné lentement vers le fond par une dette publique record. Ce soir là, on discutait au bon niveau, au bon endroit. Au fond, la sortie du tunnel n’était plus qu’une question d’organisation (politique bien sûr). On en n’était plus si loin finalement. Juste une question de disponibilité et de volonté… de la part des citoyens ! Si les grands médias (TF1, F2) avaient pu y contribuer, cela aurait été un plaisir bien sûr.

Certes, de ce point de vue, il y a eu beaucoup trop de téléspectateurs potentiels et sans doute pas assez de téléspectateurs réels. (Je n’ai pas réussi à dégoter les audiences de LCP et itélé pour la France ce soir-là.) Cela dit, merci à l’image médiatique en direct et à ceux qui l’ont utilisée de manière inédite pour donner chair à l’Union Européenne.

Un débat qui fera rougir de honte France TV

Gravity, or not gravity ?

Astronaute seul dans l'espace

Fabuleux exercice de style que j’aurais aimé voir en 3D, tant il s’y prêtait. Depuis le temps que j’y pensais : que se passe-t-il quand un astronaute est séparé de son vaisseau ?

Je n’ai pas tellement profité des vues de la Terre. Faute au manque de 3 D ? Ou au besoin de survie prioritaire sur la contemplation, qui surgit quelques minutes après le début ?

Lire la suite de l’article après avoir vu le film.

Réalisme

On y est comme dans Apollo 13, sauf quelques procédés dramatiques téléphonés, du genre : je m’en sors juste à temps, une seconde plus tard j’étais cuit (au moins trois au compteur). Visuellement cela paraît nickel, et je me demande comment ils ont pu simuler l’apesanteur en permanence. On parle d’effets visuels : oui, alors c’est fort bien fait. La chance dans ces cas-là c’est qu’on a tendance à regarder les visages qui eux sont bien réels. Seule liberté prise par le réalisateur, à ma connaissance, c’est l’absence de réverbération lumineuse des vitres des scaphandres (indispensable pour se protéger des UV), dans le souci légitime de nous donner accès visuel aux visages.

Dernier point d’interrogation pour moi : que fait la station chinoise à 100 km de l’internationale ? Le monde est grand quand même.

Existence

Film de survie, Gravity joue sur le ressort dramatique le plus basique qui soit, le plus universel : l’instinct de survie, donc. OK, le cadre s’y prête parfaitement et n’avait pas tant été utilisé avant. Je ne me souviens que d’Apollo 13 et d’une séquence de 2001. On a donc le goût de la découverte.

Objectif plus ou moins atteint sur sa capacité à nous faire goûter la vie, par exemple à travers la sensation retrouvée de la gravité à la fin.

J’accroche plus ou moins aux débats intérieurs de Ryan (Sandra Bullock). Mais cela paraît une nouvelle fois vraisemblable.

Matt sauve Ryan, par le geste et aussi la parole, l’air de rien. Ryan doit beaucoup à Matt, pour ces quelques minutes vécues ensemble. C’est le cœur du film au fond : Ryan survit grâce à la chance, à son talent, mais aussi, de manière indispensable, grâce au geste et à la parole d’un autre.

La destruction en chaîne des modules habitables en orbite jette un froid sur l’avenir de la conquête spatiale. Cela nous partage une vision apocalyptique de la chose (07/11 : le salut n’est pas dans la conquête spatiale. Adieu les 70’s et les 80’s). On y assiste sans mots, depuis le seul point de vue d’un être humain qui n’en a cure, avec comme seule priorité la survie.

Côté existence, ça va, mais pas de grandes révélations. On survit quoi ! Comme après un (très) gros coup de stress, du genre l’accident qui aurait pu tourner beaucoup plus mal. Avec un tel décor et un tel scénario, on aurait pu attendre davantage. Tant pis, le sujet reste disponible pour une autre tentative !

Finalement, l’intérêt du film reste surtout l’expérience humaine de l’espace, que l’on peut faire devant l’écran. Il manque ce quelque chose d’unique qu’un très bon film me procure, que j’appellerais l’enrichissement existentiel.

Et si on m’y collait ?

Bravo les artistes ! J’espère aller le revoir en 3D, ce sera géant.

Imaginons maintenant que, dans une autre vie, on me confie ce scénario et le même budget de 100 millions de dollars.

Primo, j’aurais pris la même équipe. Le scénario aussi, en réaménageant les dialogues existentiels à partir de ma propre expérience… à défaut de mieux.

Secundo, j’aurais évité la musique bruyante, qui nous éloigne de l’image si réaliste. Peut-être quelques bouts de musique classique ou baroque par-ci par-là. Mais pas pour faire péter l’adrénalyne, parce que ces jaillissements sonores en 12.1 ne font que déréaliser ce qui se passe.

Tertio, bien que Clooney et Bullock jouent bien, j’aurais pris des acteurs inconnus, pour augmenter encore le réalisme et également l’identification aux personnages qui est un ressort essentiel de l’expérience du spectateur d’un tel film.

…. Et quatrièmement, j’aurais mis plus de contemplation, puisque c’est le loisir préféré de la plupart des astronautes en orbite terrestre.

A vous de jouer !

Tracy_Caldwell_Dyson_in_Cupola_ISS

"Vraie" photo prise dans l'ISS. Autoportrait de Tracy Caldwell Dyson devant le hublot panoramique.

L’éthique peut-elle se mêler des images ?

Ethique et images ne font pas bon ménage. Remettre en cause telle ou telle image menace les libertés fondamentales de création et d’expression. Y aurait-il une approche qui respecte ces libertés sans éluder la question éthique ?

Couteau suisse du discernement visuel

Cet article résume le feuilleton précédemment publié à propos du choix des images d’information par le spectateur.

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public. Or, il se trouve qu’en première approche, nous appréhendons les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous qui ne faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre éthique.

Certes, une image ne peut contenir en elle-même d’enjeux éthiques. En effet, la réflexion éthique concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous discutons la pertinence éthique des actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est d’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Estimer la valeur éthique de chaque expérience d’une image

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que la méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.

L’obstacle principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique. Nous les examinons comme des objets techniques, plus exactement comme des projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile caractérisé par un pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer une image n’est pas liée à ses propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les images ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour observer les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même plus pressante, à mesure que se décuple notre pouvoir de produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler de la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?

Pour y répondre, doit-on se contenter de sa jugeote personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

L’image comme relation

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Considérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, l’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain, où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humaine, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

  • Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?
  • L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?
  • L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?
  • Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


NB :

– Sur la question de la retouche, suggérée par l’illustration de cet article, voir le reportage Arte où intervient André Gunthert.

– Sur la retransmission en direct des événements du 11 septembre, voir également Replay 9/11 son article sur mesure…

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à leur l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public qui les regarde. Or, il se trouve qu’ en première approche, nous appréhendons facilement[H1] les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, ils les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! De ce fait,C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous humains qui ne font faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre leur caractère éthique.

En réalitéCertes, l’image une image en elle-même ne peut contenir en elle-même denjeux éthiques. peut être jugée plus ou moins éthique, carEn effet, la réflexion éthique considère concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous réfléchissons discutons la pertinence éthique dsur les actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la pure[H2] simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est de modifier le rapport au monde [H3] et les aspirations des consommateursd’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général généralement que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication visuelle par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit souvent ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que l’état des connaissances en matière d’imagela méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.[H4]

L’obstacle n°1[H5] principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique[H6] . Nous les examinons comme desun objets techniques, plus exactement comme desun projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile dont on peut mentionnercaractérisé par un le pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer unees images n’est pas liée à ses ne sont pas des projectiles dont on pourrait déterminer des propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les imagesElles ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour celaobserver les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! L’approche Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, est spontanée mais elle laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même actuellement plus pressante, à mesure que se décuple nt notre pouvoir de en [H7] produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler ainside la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?[H8]

Pour y répondre, doit-on se résigner à en rester à sacontenter de sa jugeote[H9] personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Repartons[H10] deConsidérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, lL’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain[H11] , où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut humain peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humainesuit cette compréhension existentielle de l’expérience des images, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. Regardant A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

· Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?

· L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?

· L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?

· Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour celui qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


[H1]inutile

[H2]Simple ?

[H3]A expliquer ?

[H4]Et donc ?

[H5]Quand on m’annonce l’obstacle n°1 en exergue, j’attends ensuite le n°2. ??

Remplacer par « principal »

[H6]Quid de rapprocher tout de suite ceci avec la sc expérimentale ?

[H7]Redire « image » ?

[H8]On se met donc du point de vue du spectateur ?

[H9]Trop familier

Discernement ? Conscience ?

[H10]Faisons

[H11]De quel processus parle-t-on ? Processus de mise en relation ?

Quand on entend parler d’éthique en matière d’images, on pense immédiatement à leur l’impact négatif que certaines images pourraient avoir sur le public qui les regarde. Or, il se trouve qu’ en première approche, nous appréhendons facilement[H1] les images comme des objets immatériels. Comparés à ce qu’ils peuvent parfois représenter, ils les objets visuels nous semblent donc très inoffensifs. Une image d’explosion fait beaucoup moins mal qu’une explosion réelle ! De ce fait,C’est ainsi que les images nous semblent relativement neutres et indolores, pour nous humains qui ne font faisons que les regarder. Peut-on alors discuter le caractère éthique des images ? La considération de quelques expériences concrètes va nous montrer pourtant combien les images peuvent soulever des questions d’ordre leur caractère éthique.

En réalitéCertes, l’image une image en elle-même ne peut contenir en elle-même denjeux éthiques. peut être jugée plus ou moins éthique, carEn effet, la réflexion éthique considère concerne uniquement les actes humains. Nous réfléchissons donc ici aux actions humaines qui permettent les expériences consistant in fine à regarder une image visuelle. Nous réfléchissons discutons la pertinence éthique dsur les actes de communication qui utilisent l’image. Sont-ils bons ou mauvais en regard d’une fin qui peut être le bonheur, ou au moins le respect de chacun ? Certains actes transgressent-ils une limite imposée par le bien commun ?

L’usage des images en publicité, en communication politique ou en information sont trois cas qui montrent a posteriori de manière évidente le pouvoir des images. Dans la publicité commerciale, riche en images, il se passe bien plus que la pure[H2] simple communication d’une information. La publicité vise et atteint parfois le résultat final escompté qui est de modifier le rapport au monde [H3] et les aspirations des consommateursd’orienter la décision d’achat du consommateur. Il paraît raisonnable d’admettre en général généralement que la communication par l’image peut avoir des répercussions concrètes, plus ou moins conscientes, chez les personnes qui regardent. Les images ne laissent pas indemne. La communication visuelle par l’image peut donc, selon les cas, soulever des enjeux éthiques plus ou moins graves. Ces enjeux concernent celui qui montre comme celui qui regarde. On peut en effet montrer que celui qui regarde a un rôle actif dans son expérience d’une image. Il dispose d’une certaine marge de manœuvre sur la matière de son regard. Partant de ce constat, on se demande : peut-on tout montrer ou bien tout regarder indifféremment ? Quelle valeur ou quel bénéfice éthique associer au cas par cas aux utilisations de telle ou telle image ?

Il était facile de montrer l’enjeu éthique de la communication par l’image en général. Il est beaucoup moins facile de savoir en quoi telle image ou telle diffusion est éthiquement bonne ou mauvaise. Qu’est-ce qui peut étayer des jugements éthiques au cas par cas ? Tout dépend de l’effet potentiel d’une image. Il faudrait donc pouvoir comprendre et mesurer par anticipation l’impact d’une image donnée pour tel ou tel spectateur, afin d’en discerner ensuite le meilleur usage. Mais le problème surgit souvent ici, car aucun consensus scientifique n’a été trouvé sur la question des effets des images. Communiquer visuellement soulève des questions éthiques que l’état des connaissances en matière d’imagela méconnaissance des effets des images ne suffit pas à traiter.[H4]

L’obstacle n°1[H5] principal réside dans une croyance spontanée chez nos esprits occidentaux modernes, qui sont imprégnés par le modèle des sciences expérimentales. Nous croyons que les images peuvent et devraient être analysées comme tout autre objet scientifique[H6] . Nous les examinons comme desun objets techniques, plus exactement comme desun projectiles. Mais une image n’est pas comme un missile dont on peut mentionnercaractérisé par un le pouvoir explosif précis, exprimé en kilotonnes. L’action que semble effectuer unees images n’est pas liée à ses ne sont pas des projectiles dont on pourrait déterminer des propriétés physiques stables (celles de la toile d’une peinture, celles du disque dur sur laquelle elle est encodée numériquement, etc.). A image et contexte de réception égaux, l’expérience d’une image peut différer du tout au tout selon le spectateur. Les imagesElles ne sont donc pas à considérer comme les autres objets. Chaque expérience d’une image est unique et dépend d’un grand nombre de paramètres, dont beaucoup sont extérieurs à l’objet visuel même. Leur complexité limite la possibilité d’expériences préalables en laboratoires. Les conséquences de l’expérience d’une image sur le long terme sont également difficiles à observer et à mesurer. Pour celaobserver les effets de long terme, il faudrait par exemple pouvoir prélever un échantillon de mille humains pour les garder toute une vie dans un laboratoire, afin d’observer les transformations que la vision de telle ou telle image produirait chez eux ! L’approche Notre approche spontanée, inspirée des sciences expérimentales, est spontanée mais elle laisse peu d’espoir à qui veut déceler la valeur éthique de la communication d’une image.

Pour autant, la question éthique demeure et devient même actuellement plus pressante, à mesure que se décuple nt notre pouvoir de en [H7] produire des images, d’en visionner et d’en diffuser. La question éthique pourrait a minima se formuler ainside la manière suivante, pour le diffuseur comme pour le spectateur. Comment tirer le meilleur parti d’une image pour soi-même et dans le respect d’autrui ?[H8]

Pour y répondre, doit-on se résigner à en rester à sacontenter de sa jugeote[H9] personnelle ? Qu’est-ce qui permettrait au spectateur comme au diffuseur responsables de trancher entre des images profitables ou moins profitables, respectueuses ou non ?

Repartons de ce qui se passe quand nous regardons une image. Repartons[H10] deConsidérons tout ce qui fait l’expérience d’une image, comme le fait la philosophe Marie José Mondzain.

Au fond, dans l’expérience d’une image, l’objet visuel est moins important à comprendre que l’opération réalisée par l’esprit humain lorsque nous regardons une image visuelle. La valeur ajoutée d’une image est de participer à une forme de mise en relation entre le sujet et autre chose. L’image semble mettre en relation celui qui la regarde avec autre chose, avec d’autres personnes voire avec lui-même spectateur. Ce faisant, lL’image visuelle est en fait le catalyseur d’un processus de l’esprit proprement humain[H11] , où fondamentalement le sujet reconnaît chez autrui un autre sujet comme lui. Ce processus spécifique à l’homme peut humain peut, il est vrai, se produire sans la présence de l’objet visuel image. Mais l’image visuelle en est à la fois un puissant catalyseur et un témoin. Si l’on reconnaît le rôle clé que peut jouer l’image dans l’avènement et l’exercice de la dimension relationnelle et sociale capitale dans toute existence humainesuit cette compréhension existentielle de l’expérience des images, on dispose d’un critère significatif pour apprécier le bénéfice des images. Regardant A la vue d’une image, on peut tenter d’estimer la qualité de la mise en relation qu’elle réalise auprès de soi-même ou, en extrapolant, auprès d’autrui.

· Suis-je anéanti par l’image, humilié ? Ou au contraire suis-je honoré par l’image, vivifié, constitué comme sujet valable ?

· L’image me prive-t-elle durablement de toute parole ? Ou l’image m’inspire-t-elle justement des paroles, comme si elle me donnait la parole ?

· L’image m’installe-t-elle dans une peur comme dans un piège sans issue ? Ou bien l’image m’ouvre-t-elle un chemin à travers la peur ?

· Etc.

L’approche philosophique de Marie José Mondzain inspire ainsi une série de questions opérationnelles pour celui qui veut apprécier la teneur éthique de la communication d’une image.


[H1]inutile

[H2]Simple ?

[H3]A expliquer ?

[H4]Et donc ?

[H5]Quand on m’annonce l’obstacle n°1 en exergue, j’attends ensuite le n°2. ??

Remplacer par « principal »

[H6]Quid de rapprocher tout de suite ceci avec la sc expérimentale ?

[H7]Redire « image » ?

[H8]On se met donc du point de vue du spectateur ?

[H9]Trop familier

Discernement ? Conscience ?

[H10]Faisons

[H11]De quel processus parle-t-on ? Processus de mise en relation ?

— /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Calibri », »sans-serif »; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;} –>

6 critères pour choisir ses images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 6/6   –   Revenir à l’épisode précédent 5/6

Comment choisir les images d’information que l’on regarde ? Nous imaginons une approche selon laquelle, dans chaque situation, le spectateur pourrait s’exercer à repérer si, en regardant une image d’information, il vit des opérations imageantes. Formulée en une seule phrase, à partir de ce que nous avons mis au jour précédemment, la question clé serait la suivante. « L’image regardée m’installe-t-elle dans une relation de sujet à sujet, ou bien plutôt de sujet à objet ? »

Afin de repérer dans quelle dynamique, ou dans quel mode de relation, les images entraînent le spectateur au moment où il les regarde, je propose 6 critères de discernement. Chacun repose sur l’observation de 6 variables caractérisant son expérience d’une image.

Diffraction de la lumière blanche en plusieurs rayons des couleurs du spectre lumineux

Cet article répond, souhaitons-le, aux commentaires intéressants déposés suite à la première proposition de 8 critères.

De la théorie de l’image à la pratique du regard

Concrètement, comment discerner la qualité de ses expériences d’images et le profit qu’on peut en tirer ? Il s’agit de pouvoir reconnaître la valeur qu’a pour soi-même l’action de continuer à regarder une image donnée. Si l’on prend un peu de distance par rapport aux différentes expériences vécues, cela revient à reconnaître la valeur habituelle que représentent, pour soi-même spectateur, les images émanant d’une même source (un site Internet, une chaîne, une émission récurrente). Quelle valeur revêt telle ou telle expérience d’image ? Contribue-t-elle beaucoup, peu ou pas du tout à ce que l’on veut vivre et devenir ? Pour le reconnaître, le spectateur doit nécessairement passer par une étape réflexive, même brève, pour prendre ensuite une décision en connaissance de cause.

Grosse boite à outils sur roulette

Mais où ai-je mis ma jauge à images ?

Comment exploiter dans une situation concrète ce qui a été évoqué dans l’épisode précédent sur le rôle vraisemblable de notre relation aux images dans l’existence et le devenir d’un être humain ? Comment le reconnaître dans nos expériences d’image, et ceci dans les conditions habituelles où nous les regardons ?

L’idéal serait un outil de discernement utilisable en toute situation. Ce serait une moulinette où l’on introduirait les images que l’on regarde et d’où sortirait une réponse, une note, un avis … Mais notre esprit n’est pas pourvu d’un logiciel-moulinette, bien heureusement pour notre relation aux images. Il est bon pour la vie des images et les surprises qu’elles nous réservent, qu’aucun tri systématique ne puisse être opéré sur les images. Ordinairement, le quidam, la plupart du temps autodidacte en matière d’image, fait généralement valoir son goût et son intuition, et accepte facilement que l’avis des autres soit différent. On échange les points de vue de manière informelle, spontanément, en sous-estimant à mon avis la possibilité d’une discussion argumentée où l’échange d’expériences fasse progresser le jugement de chacun.

Pour connaître son expérience d’une image

Sans forcément partager les mêmes réponses, les spectateurs pourraient se poser une série de mêmes questions pour jauger leur expérience. Il suffit qu’ils reconnaissent la pertinence de ces questions. Issues d’une réflexion sur l’image, je propose au jugement du lecteur six grandes questions, applicables à toute expérience d’image. Elles constituent six critères qui permettent de passer au crible son expérience de spectateur. Elles veulent aider à reconnaître la physionomie invisible de son expérience du moment.

Suffit-il de voir une image pour la connaître, comme mon fils de 7 ans le supposait, en s’étonnant de me voir réfléchir sur notre relation aux images ? Ces six questions font gagner du temps au spectateur qui veut acquérir une connaissance opérationnelle de son expérience d’une image. On peut parler d’une connaissance opérationnelle parce qu’elle permettra au spectateur qui l’entreprend dès le moment où il exerce son premier regard, ou bien juste après, de décider, entre autres, s’il interrompt son regard sur l’image.

Inspirée par la pensée de Mondzain, les six questions majeures portent sur six caractères propres à l’expérience d’une image. Comme l’outil doit être aisément praticable, il gagne à être simple et facile à mémoriser. C’est dans cette perspective que le nombre déjà élevé de six critères a été retenu.

Chaque critère reçoit un titre (par exemple, la confiance) et deux groupes d’affirmations. Le titre sert à reconnaître et mémoriser le critère. Le titre est un mot clef qui, pris seul, ne livre pas le mode d’emploi du critère en question ! Ainsi, connaître le sens associé à la confiance ne suffit pas pour comprendre le premier critère. Pour chaque critère, plusieurs formulations résument ce qu’est censé évaluer le critère. Ces formulations essaient d’embrasser la diversité des expériences possibles face aux images. D’autres pourraient s’y ajouter.

Chaque fois, les formulations se répartissent en deux groupes. Le premier groupe de formulations, face au drapeau vert, consiste au moins en une phrase écrite en gras. Si elle correspond à l’expérience vécue par le spectateur, elle est validée. Elle est le signe d’un caractère positif de l’expérience de l’image vécue par le spectateur. Une négation de la proposition par le spectateur indique son absence. L’autre groupe de formulations, face au drapeau orange, énonce la négation ou le contraire d’une dynamique impliquant des opérations imageantes. Une réponse positive à ce deuxième groupe de questions signale un caractère absent ou même négatif pour l’expérience observée.

6 criteres pour apprécier les images

Explication succincte du critère de la confiance

Prenons comme exemple le premier critère, celui de la confiance, particulièrement pertinent concernant les images d’information. A l’heure des puissants logiciels de travail sur l’image numérisée, on ne peut plus douter que les images ne peuvent prouver la véracité d’une information.  Ce qu’on voit sur une image photographique ou audiovisuelle n’a pas forcément été vu par des yeux. Ainsi, aucune image ne peut garantir son lien direct au réel. Elles peuvent encore moins affirmer une vérité puisqu’elles ne sont pas de nature verbale et n’énoncent aucune affirmation qui puisse être considérée vraie ou fausse. Si d’aventure on s’autorise à parler de vérité d’une image, ce qu’on entend par vérité est alors nécessairement assez éloigné de son sens courant. C’est pourquoi la richesse d’une image pour l’information ne dispense jamais de la confiance que le spectateur doit faire au journaliste qui l’informe, pour qu’il croie que l’information énoncée correspond à la réalité des faits. Or, l’image telle qu’elle est faite et la manière dont elle est présentée peut engendrer une action communicationnelle, comme par exemple celle de servir de preuve au propos qui l’accompagne. En quelque sorte, on peut dire que, dans certains cas, l’image contourne la nécessaire confiance qui relie celui qui montre à celui qui regarde une image.

La proposition vérifiant le respect de la nécessaire confiance entre les deux agents de la communication d’une image d’information est formulée ainsi.

­– L’image compte sur la confiance, assumant l’incapacité de l’image à prouver.

Il s’agit bien de vérifier que l’image n’est pas utilisée pour ce qu’elle ne peut pas faire, à savoir, prouver l’information. Une image qui oblige à faire confiance à celui qui montre, c’est un signe indiquant qu’elle œuvre dans le sens de ce qu’elle est et de ce qu’elle peut vraiment.

Au contraire, quand une image semble prouver ce que le présentateur ou le commentateur des images affirme, de telle sorte que j’ai moins besoin de lui faire confiance pour croire son propos, le spectateur peut en conclure qu’en cet instant, l’image compte – à tort – sur sa crédulité. Une validation de l’une de ces deux propositions confirmerait une invalisation de la première proposition.

‒ L’image regardée compte sur ma crédulité.
‒ Elle est présentée comme une preuve.

Mode d’emploi des 6 critères

Ce crible de six critères est un prototype. Il ne prétend pas à l’exhaustivité. A ce stade de la recherche, il a vocation à être pratiqué, éprouvé, critiqué et amélioré. Le mot critère convient-il ? Ma directrice de recherche me souffle par exemple paramètre. En effet, les questions proposées servent au spectateur à reconnaître la valeur que prennent les différents paramètres dans son expérience d’une image. Cela dit, je conserve pour l’instant le mot de « critère » parce qu’il explicite la visée discriminante et opérationnelle du questionnement.

Souvent, les critères s’impliquent les uns les autres, si bien que la présence de l’un suppose la présence de l’autre. Ces recoupements ne sont pas superflus. Disposer de plusieurs critères voisins permet de donner au spectateur autant de clés qui augmentent ses chances d’accéder à une évaluation aboutie de son expérience.

Les questions situées face au drapeau orange peuvent servir à confirmer les réponses aux questions situées face au drapeau vert, ou inversement. En effet, si le critère est validé positivement dans une expérience d’image, la description de son contraire devrait naturellement être impropre pour l’expérience observée. Un tel résultat confirmerait la netteté de la réponse trouvée pour un critère donné.

Si le premier type de formulation ne reçoit pas de réponse, le deuxième type de formulation décrit peut-être mieux son expérience. Deux types de formulation sont deux chances pour comprendre son expérience.

Au cas où il est vraiment difficile de répondre sur un critère donné, il reste cinq autres critères pour tenter d’évaluer l’orientation ou la dynamique de son expérience.

Pour, en quelque sorte, forcer le raisonnement à trancher en vue d’une décision pratique concernant le regard du spectateur, on se pose des questions fermées. On ne peut y répondre que par oui, non, voire « je ne sais pas ». Il n’est d’ailleurs ni toujours possible ni nécessaire d’être chaque fois tout à fait sûr de la réponse. Il est déjà significatif pour le spectateur de reconnaître une tendance positive ou négative sur plusieurs critères.

En effet, il n’est pas indispensable que toutes les questions obtiennent une réponse. Il n’est pas nécessaire qu’elles la reçoivent dans le même sens, avec seulement des drapeaux verts ou seulement des drapeaux orange. Il ne s’agit pas de chercher l’image idéale ou parfaite en éliminant toutes les autres. Il s’agit de disposer d’un horizon qui aide à départager les expériences selon leur valeur pour l’existence propre du spectateur. Admettons à ce stade qu’à la fin de la réflexion, plus il y a de réponses dans le même sens, plus la  valeur du regard d’une image s’affirme dans un sens ou dans l’autre pour le spectateur en situation. L’outil est au service de la décision.

Au terme de sa réflexion, minutieuse ou, avec l’expérience, très rapide, le spectateur a une connaissance de son expérience d’une image ou d’un ensemble d’images – en disant cela, je pense à un flux audiovisuel ou même à une ligne éditoriale. A partir de cette connaissance, il peut mieux choisir ce qu’il décide de regarder. Il a la possibilité de choisir une communication par l’image qui le respecte, voire qui le construit davantage sujet relationnel.

Ainsi s’achève cette série de 6 articles qui résument une première étape de mon travail sur le regard des images. Place à la pratique de ce discernement !

A venir

–        A quelles questions  suis-je conduit à ce stade ? (Vous vous les posez déjà ! Merci alors de bien noter cela dans les commentaires ci-après…).

–        Testons ensemble ces 6 critères sur une image audiovisuelle médiatique.

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.


L’image n’est pas un objet

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 5/6   –   Revenir à l’épisode précédent 4/6

On sait que les images ne sont pas des objets comme les autres, et c’est sans doute pour cela que parler de choix en la matière est délicat. Ce ne sont pas des choses. Ou bien alors, ce sont des choses qui renvoient à autre chose. Comme le dit Georges Didi-Huberman, « l’image est toujours image d’autre chose. »

Ainsi une image n’est pas une chose comme une autre, l’image n’est pas un objet.

Mais attention, direz-vous : il ne faut pas confondre les images et l’image… L’image peut aussi désigner l’expérience du spectateur qui regarde une image, le phénomène qu’occasionne la rencontre d’une image.

Comme on l’a vu dans l’article précédent, choisir les images que l’on regarde pose trois problèmes épineux. Si on met à part le premier – « est-ce qu’on a vraiment le choix ? » -, dont on pourra reparler à l’occasion, il en reste deux. La réflexion de Marie José Mondzain ouvre un chemin fructueux pour surmonter les problèmes n°2 et 3.

Lisant son Homo Spectator, on vit comme une plongée verticale dans la compréhension de l’image. Sa pensée toute singulière de l’image s’alimente aux sources de l’histoire, de la théologie, de la philosophie, de l’anthropologie et parfois de la psychanalyse. En partageant son cheminement sur l’image, on récolte premièrement des raisons de se soucier des images que l’on regarde et deuxièmement un horizon pour discerner la valeur de son expérience d’une image.

Des raisons de se soucier des images que l’on regarde

Nous disions qu’il faut distinguer les images et l’image.

Au sens le plus courant, les images sont ces objets visuels curieux dans la mesure où ils n’ont d’autres fonctions que d’être des objets pour le regard des humains. Présentement, on s’interroge sur ce qui peut en particulier appuyer le choix réfléchi des images audiovisuelles d’information.

L’image, en revanche, qu’est-ce que c’est ? Le mot peut désigner bien des choses. Marie José Mondzain s’en sert quant à elle pour nommer un processus, une dynamique, dont seul serait capable l’être humain, et qui peut donner lieu à des choses comme celle-là.

Main négative dans la grotte Chauvet (-30 000 ans av JC)

Ce que l’on voit ci-dessus est l’une des plus anciennes images visuelles connues à ce jour. Les paléontologues appellent cela une main négative. Marie José Mondzain imagine le récit de sa création. Imaginant ce récit, elle y trouve le sens fondamental de l’image (l’image en général). La fiction lui sert à comprendre l’expérience humaine fondamentale dont la main négative est la trace.

Selon ses mots, l’existence de la main négative suppose le pouvoir d’effectuer des opérations imageantes. Les opérations imageantes rendent l’homme capable d’échanger des signes, comme des images visuelles  ou des paroles. Ces échanges de signes sont le moyen privilégié qui permet aux humains de vivre des relations de sujet à sujet. Dans ces relations intersubjectives, l’autre humain n’est pas considéré comme un objet, mais comme un sujet à l’égal de soi-même.

Ainsi, est sujet celui qui est capable de voir dans certains objets – dont font partie les dessins – un signe adressé par un autre humain à lui-même.

Si l’homme voit une image quand il aperçoit une image visuelle, c’est parce qu’il est doué d’un pouvoir imageant. Devant une image visuelle, celui qui regarde voit effectivement une image, seulement s’il est capable de ce processus que Marie José Mondzain nomme l’image, au singulier. Ainsi, dans sa réflexion, le sens du mot image subit un glissement. Elle ne l’utilise plus pour désigner une classe d’objet. Elle l’utilise pour désigner une action, l’ensemble des opérations imageantes, ou bien une faculté, le pouvoir imageant. Ainsi, l’homme est doué d’image.visage humain, tâches de couleur, circuits électroniques

L’image rend l’homme capable d’une relation de sujet à sujet. Grâce à l’image, l’homme accède à la vie morale et politique, à la culture. A ce titre, il me paraît raisonnable d’admettre que le regard des images compte assez dans l’accomplissement d’une existence humaine pour que le spectateur prenne soin de ce qu’il regarde.

Mais toutes les images visuelles, à l’expérience, ne relèvent pas de l’image au sens où Mondzain l’entend. Je me souviens ainsi de ce reportage de BFMTV qui me fit faire une expérience à l’arrière-goût douteux. Au lieu d’instaurer des relations respectueuses entre spectateur, auteur et personnes présentées dans le reportage, l’image d’information semble y devenir une confiserie pour les yeux du spectateur fatigué. Bien sûr, c’est une expérience banale que tout un chacun aura déjà maintes fois vécue au contact des images. Il y a des images visuelles qui, par le dispositif qu’elles constituent, favorisent les opérations imageantes, et d’autres, au contraire, qui les freinent ou les stoppent.

De ce fait, les spectateurs ont intérêt à exercer un discernement pour protéger ou renouveler ce qui les fait sujets capables de relations proprement humaines.

Comment reconnaître les images qui construisent le sujet ?

Or, quand on cherche à apprécier le rôle des images dans l’existence humaine, on commence justement par cette approche moderne spontanée, qui consiste à chercher ce qui caractérise les objets images. On étudie les effets d’objets-images sur les individus qui les regardent. En effet, dans une telle approche empirique, on réduit volontiers la réalité de l’image en général à une somme d’images visuelles qui défilent dans notre imagination. Ce faisant, on ne comprend les images visuelles que selon l’expérience sensible qu’on en fait. On pense qu’on pourra trouver leur sens en les analysant, en les décortiquant. Les images visuelles, vues comme des objets visuels, livreront tôt ou tard leur sens à la science !

Dans cette première approche, on comprend la relation aux images comme une relation d’un sujet spectateur à un objet visuel. Mais ceci rend la relation aux images très compliquée à saisir. En effet, une image est très difficile à déterminer une fois pour toute, du point de vue de son impact sur ceux qui la regardent. Les images sont-elles des objets dont on pourrait déduire les pouvoirs en repérant leurs caractéristiques objectives (couleur, forme, composition, …) ?

Les images ne peuvent pas être bien comprises si on les conçoit sur le modèle de machines dotées de pouvoirs. En publicité par exemple, on ne prévoit pas bien les effets d’une image. Les publicitaires en font souvent les frais. De même, en critique d’art, on ne finit pas de commenter une même image. On peut revoir une image en en faisant chaque fois une expérience nouvelle.

Or, c’est justement cela qui nous importe : l’expérience qu’on fait d’une image. Pour mieux comprendre l’expérience d’une image donnée, abandonnons la première piste spontanément suivie ! Renonçons à concevoir les images comme des objets, indépendamment de la situation qui met en jeu celui qui regarde et celui qui montre. Remontons, en quelque sorte, au cœur du réacteur. Remontons à ce qui permet la création d’images visuelles, qui est tout autant ce qui permet de voir une image lorsqu’une image visuelle est effectivement devant nos yeux. Revenons au processus vivant de l’image, ce processus capable de mettre en relation des sujets.

A ce niveau, cela paraît simple. Dans chaque situation, le spectateur pourrait s’exercer à repérer si, en regardant une image d’information, il vit des opérations imageantes. L’image regardée l’installe-t-il dans une relation de sujet à sujet, ou bien plutôt de sujet à objet ?

2 yeux regardent

En situation, ce n’est pas si simple d’y voir clair. Il n’est pas évident de démêler les fils de son expérience pour pouvoir dire : là je fus nettement installé dans une relation à un objet, et là je fus franchement mis dans une relation intersubjective !

Rendez-vous dans le dernier épisode pour aller plus loin et découvrir 6 critères plus concrets pour discerner le relief de nos expériences d’images.

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Mis à jour le mardi 20 novembre 2012

Trois problèmes autour du choix des images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 4/6   –   Revenir à l’épisode précédent 3/6

"ZAP" brouillé

Au moins trois grands problèmes se présentent au spectateur désireux de choisir les images qu’il regarde.

  • Est-ce qu’on a vraiment le choix en la matière ?
  • En quoi serait-ce pertinent de choisir les images que l’on regarde ?
  • Concrètement, comment faire pour les choisir ?

Est-ce qu’on a vraiment le choix ?

Il y a plusieurs raisons de penser que la marge de manœuvre du spectateur est limitée.

Les images semblent souvent s’imposer à nous : les panneaux 3×4 bien placés pour attirer notre regard, les flux d’images sur écran dont la programmation nous échappe, etc. Il est facile d’énumérer quantité d’expériences quotidiennes où l’image nous surprend et souvent capture notre regard. Nous nous retrouvons alors regardant l’image sans l’avoir choisie.

Une image d'actualité parmi d'autres sur un mur d'écransPlus encore, comment choisir de regarder une image sans l’avoir d’abord regardée ? Autrement dit, choisir de regarder est-il tout simplement impossible du fait de la nature du regard ?

Enfin, quand bien même on pourrait choisir les images, la variété de l’offre médiatique est-elle suffisante pour que le choix du spectateur ne se réduise pas qu’à la simple alternative entre allumer ou éteindre ses écrans ?

C’est ainsi que m’apparaît le premier problème  qui entrave la voie qui mène à l’exercice d’un choix effectif des images regardées. Dans le contexte actuel de la vie quotidienne d’un citoyen urbain de société industrialisée et démocratique, le spectateur a-t-il vraiment le choix ?

En quoi serait-ce pertinent de les choisir ?

Enfant spectateur les yeux grands ouverts.

La deuxième difficulté concerne la pertinence d’une telle démarche. Pourquoi serait-ce important pour le spectateur de choisir les images qu’il regarde ? A fortiori, en ce qui concerne les images d’information audiovisuelle, qui ont servi à illustrer concrètement cette réflexion. La réponse réside dans le rôle joué par les images dans une existence humaine.

A ce propos, certains affirment le danger de certaines images pour le spectateur. D’autres supposent que les images sont toujours anodines, sans effets notoires (de long-terme) sur leurs spectateurs. Sur ce point, il s’avère que la communauté scientifique n’est pas parvenue à un consensus.

En attendant de voir prouver, si un jour c’est possible, la nature et l’intensité exactes des effets bénéfiques ou dommageables des images, doit-on laisser tomber la question d’un spectateur qui veut choisir plus consciemment et rationnellement les images qu’il regarde ? En quoi le choix des images peut s’avérer vraisemblablement vital pour les spectateurs ?

Comment choisir ?

Manuel du parfait petit spectateur - livre humoristiqueSi on admet que le choix des images regardés est vital, comment l’opérer ? Le troisième défi à relever pour répondre à notre question de départ est de parvenir au résultat opérationnel exigé par la question qui nous occupe. Autrement dit, un résultat qui puisse servir à un spectateur en situation réelle. Il est chez lui devant une télévision ou un ordinateur, il est pris dans ses occupations, etc. Il n’est pas dans une salle de cours à pouvoir parler des heures d’une image regardée pendant quelques minutes.

Il lui faut donc disposer de quelque chose qui tienne en poche, ou bien de quelque chose qui développe chez lui une sorte de 6e sens. La réponse sera opérationnelle si elle lui permet in fine de jauger rapidement et si possible en toute situation de la valeur de son expérience face à une image d’information.

Votre avis m’intéresse !

Ai-je oublié un aspect du problème ? L’auriez-vous posé autrement ? Sûrement… Ne vous gênez pas, votre avis m’intéresse ! Les commentaires sont là pour ça.

Ce que j’ai pu trouver à ce jour, je le dois essentiellement au travail courageux de la philosophe Marie-José Mondzain. Sa réflexion sur l’image ouvre une voie entre ces trois obstacles.

C’est à lire dans l’épisode 5/6 : « l’image n’est pas un objet ».

Jeune femme pointant la télécommande vers nous, un bol de chips surles genoux

Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Une approche pragmatique du regard sur les images

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 3/6   –   Revenir à l’épisode précédent 2/6

Couteau suisse marqué de l’œil d'Horus, devant un écran TV éteint.

Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

D’après mes recherches bibliographiques, très peu semble avoir été fait jusqu’à présent, pour répondre directement et surtout de manière approfondie à cette question. Certes, de nombreux propos évoquent explicitement la responsabilité par rapport à l’image. Mais le plus souvent, c’est la responsabilité du diffuseur qui est discutée. On soupçonne vite de moralisme celui qui parle de mieux choisir les images regardées. Finalement, dans la sphère scientifique, on préfère éluder la question, ce qui revient à faire comme si le spectateur n’avait aucune responsabilité dans l’expérience qu’il fait en regardant des images. On ne cherche pas à éclairer l’exercice de cette responsabilité.

Obtenir un résultat opérationnel…

Aborder la relation aux images sous l’angle du spectateur, sous l’angle de sa responsabilité dans l’expérience qu’il en fait et de ce qu’il peut en tirer pour lui-même : tel semble être une approche rarement entreprise.

Afin d’être le plus clair possible, il est bon de préciser une fois pour toute qu’il n’est pas question ici de rendre compte des choix qui se font, même si l’étude des choix effectués est naturellement intéressante. La question présente est celle d’un spectateur qui souhaite effectuer des choix plus profitables pour lui-même. Et pour l’y aider, on cherche le moyen qui l’aiderait à discerner la valeur pour lui d’une expérience donnée d’image d’information.

Quel que soit le résultat obtenu par cette réflexion, il sera positif s’il est au moins applicable à la pratique du regard. Autrement dit, la réponse à la question posée doit consister en des éléments rationnels qui soutiennent le discernement d’un spectateur en situation.

… Selon une approche pragmatique

Atteindre l’objectif visé passe par une compréhension de la relation du spectateur aux images. A cette fin, j’ai choisi une approche pragmatique, sous la direction de Marie-Dominique Popelard (Art et communication, Paris 3).

Je n’entends pas « pragmatique » au sens courant du mot. Couramment, on qualifie de pragmatique celui qui adapte ses décisions aux faits réels, à la situation concrète au sein de laquelle il doit prendre ses décisions, éventuellement au détriment d’une vision ou d’un idéal. Sa priorité est l’accomplissement de l’action, l’atteinte d’un résultat.

Ici, en fait, je me réfère au courant de philosophie pragmatique, inauguré par Charles Sanders Peirce entre autres. Mon approche est d’ordre pragmatique parce que c’est une situation communicationnelle complète qui est prise en charge. L’ambition est de ne rien omettre de ce qui peut engendrer l’expérience de celui qui regarde. La situation étudiée comprend ainsi le spectateur, l’image, celui qui montre l’image et enfin, le contexte dans lequel l’image est regardée. En un mot, ce n’est pas l’image seule qui est l’objet de mon étude, comme cela aurait été le cas en sémiologie, mais l’expérience qu’on peut en faire.

Est-ce faisable ?

Dès lors, ne se trouve-t-on pas devant quelque chose de totalement insaisissable, tant sont nombreuses les variables qui peuvent affecter nos expériences d’image ? Un unique spectateur peut faire mille expériences d’une même image au cours de son existence.

Oui, sur ce chemin, il faudra sans doute lâcher prise. Il faudra renoncer à attacher à chaque image rencontrée une valeur définie pour toujours de manière universelle. Si on le fait cependant dans le courant de la réflexion, il faudra accepter la fragilité d’un tel jugement, son caractère relatif.  Une telle approche est susceptible de déboucher sur l’exigence pour le spectateur responsable d’une constante vigilance devant les images. De fait, notre approche cible la relation aux images, non une connaissance encyclopédique de la valeur des images.

La question initiale demeure

Quelle que soit la faisabilité d’une telle approche, il me semble que rien ne peut éteindre la question du spectateur qui fait face à la profusion des images : pourquoi regarder telle ou telle image ? Celle-ci plutôt que telle autre ?

Trois problèmes se présentent au spectateur qui veut choisir ses images plus rationnellement.

Spectateurs intéressés par mon questionnement, vous m’avez aidé à mettre le doigt sur ces trois grandes difficultés qui, si elles étaient résolues, ouvriraient la voie à une solution.

Rendez-vous dans l’épisode 4/6 : « Trois problèmes autour du choix des images ».


Revenir au début du feuilleton, 1/6 : Le choix du regard sur les images d’information.

Pourquoi et comment choisir les images d’information que l’on regarde ?

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 2/6   –   Revenir à l’épisode précédent 1/6

Vue subjective sur un iPad qu'on manipule, en passant d'une image de papillon à la page d'une description sur les oiseaux.

Je suis spectateur. Sous mon regard, une pléthore d’images fixes ou audiovisuelles disponibles. Il y a de tout. Je ne regarde pas tout, mais je ne regarde pas tout ce que je veux. Comme beaucoup, en tant que spectateur de médias visuels et audiovisuels, j’éprouve une certaine passivité face à cette profusion d’images. Finalement, c’est comme si les plus tapageuses, en tout cas les plus efficaces, s’imposaient à mes yeux.

Or, d’une part, de nature, je crois que je n’aime pas me laisser faire. D’autre part, une fois regardées, les images les plus accrocheuses ne me laissent pas souvent une saveur agréable en bouche. Naturellement, j’en suis venu à me méfier de l’environnement visuel. Autrement dit, je pars avec un a priori négatif concernant les images que je n’ai pas cherchées moi-même. Ainsi, dans les espaces publics, j’essaie souvent d’éviter les surfaces d’où surgissent les images. Sans trop de succès d’ailleurs ! Dans mon foyer en revanche, je peux organiser l’occupation de l’espace. Le téléviseur minuscule (diagonale : 45 cm) est coincé dans une étagère, elle-même excentrée au sein du lieu de vie. Pas de siège devant, d’ailleurs. L’écran TV est snobé. Je lui préfère l’écoute de la radio, et plus encore de podcasts audio d’émissions choisies.

Une valeur existentielle des images ?

Pourtant j’aime les images ! Pas question de m’en passer. Je me nourris d’images. Je ne compte pas celles que j’ai eu plaisir à regarder, celles qui m’ont fait remonter à la surface, éprouver de nouveau le goût de vivre. J’ai si souvent expérimenté le pouvoir particulier que peuvent avoir des images de me sortir de la brume intérieure, de me remettre dans un rapport au monde qui m’apparaît plus juste, tout en me redonnant l’élan vital, la confiance en la vie, en un mot : le désir. Fort de cette expérience, je suis convaincu qu’il peut y avoir du bon dans les images, et même du très bon. Il ne s’agit pas d’une valeur esthétique, mais d’une valeur existentielle des images, que j’aurais expérimentée.

A ce stade, cependant, tout ce que je savais se réduisait à une expérience personnelle. A un lieu et à un instant donné, une image peut jouer un rôle dans l’existence d’un individu donné.

N’y a t-il que le hasard qui guidera nos expériences d’image ? Ou le spectateur peut-il accéder à une connaissance des images qui l’aide à orienter ses choix selon ce qu’il recherche ?

Établir une telle connaissance passerait par la découverte de ce qui, dans les images, porte une valeur existentielle. Quelle science rend compte de cette réalité ? Quelle rationalité des images permettrait d’en discuter entre spectateurs désireux de tirer meilleur profit des images disponibles à leur regard ? Pourrait-on discerner dans notre relation aux images des points d’appréhension, comme des repères cartographiques, qui soutiendraient le discernement du spectateur dans la forêt des images ?

A la recherche d’un savoir-faire de spectateur

Il se trouve que l’on constate à l’expérience que les images ont eu une valeur variable pour soi, spectateur. Mais in fine, peu importe que les images aient une valeur en elles-même. Le but final n’est pas un discours sur l’essence des images. Je cherche au fond un art de regarder les images. Un savoir-faire de spectateur.

Pour amorcer cette quête, je me suis concentré sur la simple question du choix des images regardées. Cela paraît être le paramètre le plus manifestement modifiable de notre relation aux images. Celui sur lequel, à première vue, il nous paraît le plus facile d’agir. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ?

Le choix des images d’information

Génériques de JT

Afin d’appuyer la réflexion sur des images visuelles concrètes, j’ai choisi le champ des images audiovisuelles d’information. Les images d’information ne désignent pas un champ facile à circonscrire. Admettons ici que les images d’information sont celles qui sont généralement reconnues comme telles par les spectateurs. Le spectateur lambda voit ces images comme montrant le réel sans mise en scène et sans acteur. C’est le genre des images d’actualité. Couramment, il s’agit de reportages du journal télévisé formatés à 1’30’’ souvent introduits et reliés entre eux par un présentateur en plateau. Mais j’inclus également dans les images audiovisuelles d’information jusqu’aux films documentaires, moins regardés, en passant par les reportages plus longs d’émissions magazines comme « Envoyé Spécial ».

Comment approcher un tel problème, où il ne s’agit pas tant de décrire un phénomène, que de fournir une connaissance opérationnelle ? Ce qui, soit dit en passant, n’est pas commun dans la sphère universitaire.

… Vous le saurez en lisant l’épisode 3 : « Une approche pragmatique du regard sur les images ».


NB : Corpus des 10 séquences audiovisuelles choisies pour illustrer le propos.
Image de la liste Youtube des 10 vidéos citées dans le mémoire.

Le choix du regard sur les images d’information

Le choix du regard sur les images d’information, épisode 1/6

Mur d'écran

Face à un reportage de JT ordinaire, pourquoi ne pas exercer une fois de temps en temps quelque étonnement ? Histoire de s’interroger, non plus seulement sur ce qu’on nous montre, mais aussi sur ce que nous regardons.

Je m’interroge sur la relation du spectateur aux images audiovisuelles. En tout premier j’ai saisi la question du choix. Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ? Le but est pratique. On étudie beaucoup les choix qui se font. Mais je cherche ce qui peut instruire un choix qui est encore à faire, à l’échelle de chaque spectateur.

Au terme d’une première étape, ma recherche débutante m’a conduit à proposer en réponse 8 critères, puis finalement 6, pour choisir ses images d’information. A titre expérimental, je propose ainsi six foyers de questions à la disposition d’un spectateur qui veut apprécier le relief de ses expériences personnelles d’images.

D’où viennent donc ces six critères ? Comment les comprendre et les utiliser ? Sur quelles questions débouche ma recherche ? Les 5 articles suivants répondent à ces questions. Le premier raconte la naissance de ma question de départ, « Pourquoi et comment choisir les images que l’on regarde ? », pour mieux la comprendre.

Aller à l’épisode suivant.

Le rapport entre le récit et l’image

BFMTV, début octobre

Stéphane Rozès sur France Culture hier, à propos d’images audiovisuelles d’actualité de ces derniers jours. L’image est plus forte que le récit qui l’accompagne si ce dernier n’est pas assez puissant ou déjà bien installé dans l’esprit des téléspectateurs.

C’est ce qui arrive à François Hollande à Echirolles ces derniers jours (1er octobre). Si l’on se fie aux commentaires de l’actualité, il est perçu selon la même image que celle de son prédécesseur, alors même que ses déclarations sont d’un style opposé.

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/xu0flq_francois-hollande-interpelle-a-echirolles_news[/dailymotion]

Si le premier lien vers la chronique de monsieur Rozès ne fonctionnait pas, en voici un autre :

Le monde selon Stéphane Rozès – 8 octobre 2012

Que se passe-t-il quand on ne regarde plus du tout les nouvelles ?

Ecran noir.Drôle d’impression en ce moment quand j’écoute les nouvelles à la radio. J’entends parler d’un film diffusé sur Internet et qui fait des ravages… dans les rues, parce qu’il outrage la personne de Mahomet fondateur de l’Islam. Quel tapage dans tous les médias ! La crise économique, celle qui nous met au tapis pour 10 ans au bas mot, reste en arrière-plan.

Je me sens légèrement en décalage… Chez moi, je suis aménagé de telle sorte que, pour regarder des images audiovisuelles, il faut vraiment le vouloir. Or, ces derniers temps, je n’ai pas le désir de regarder des images d’information. Les sons enregistrés et les commentaires et analyses des intervenants en radio me suffisent.

Alors ce film blasphématoire me passe complètement au-dessus, je n’ai aucune expérience sensible ou affective de son impact. La querelle m’apparaît alors sans fondements. Il me faut faire un effort pour réfléchir et analyser la situation, prendre éventuellement parti. A contrario, bien des avis s’expriment à la radio mus par l’émotion ou l’obligation de prendre parti.

Bref, drôle de truc… Il va pourtant falloir que je m’y intéresse puisque cet événement tape en plein milieu de mes préoccupations scientifiques !!

La V2 en 6 critères est sortie

De 8 à 6 critères

Voici la V2 du prototype de discernement que je me propose de tester dès l’année prochaine en éducation à l’image. 6 critères, cela devrait tenir plus facilement dans la poche de notre mémoire.

J’espère faire prochainement des billets pour expliquer chacun des critères, surtout si vous lecteurs m’y encouragez !

6 criteres pour apprécier les images

8 critères pour choisir ses images

Dernière mise à jour le 8 juin, tenant compte des commentaires 1 et 3, merci à Patrick Peccatte.

Femme-tete-écrans_redimM’appuyant sur la lecture d’Homo Spectator (Marie José Mondzain), je vous propose de tester cette grille-carte-boussole sur vos prochaines expériences en matière d’images, pour voir dans quel sens souffle le vent dans votre relation à une image que vous regardez. Combien verrez-vous de drapeaux verts ? Si certains critères vous paraissent obscurs, c’est bien normal, il y aura bientôt des éclairages là-dessus. (Lire la source, Homo Spectator, peut relever de la gageure !)

Meilleure lisibilité de la carte : voir en fin d’article.

8 reperes pour choisir ses images

Allez, je me lance en premier. Je vous propose ma propre utilisation de cette boussole sur le reportage précédemment regardé, de BFMTV (cf. article de février), puis sur un reportage diffusé 13 heures plus tard sur le même sujet dans le 20h00 de TF1.

BFMTV

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=bLZvPn5ux3Y[/youtube]

Gro-grosse surprise : aucun drapeau vert !

‘4. Autorité’ et ‘7. Confiance’ sont tangeants.

Bon, est-ce que TF1 fera mieux ?

TF1

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=BEUI-Ippa1w[/youtube]

Seulement un drapeau vert pour ‘8. Aide’ car le reportage resitue cet événement par rapport à la normalité : « c’est exceptionnel, et l’administration aurait réagi efficacement. » Notons aussi que pour ‘5. Respect’, TF1 fait mieux en floutant complètement le visage de la jeune femme. Elle récolte quand même une croix orange pour divulguer le portrait et le nom du directeur de prison, qui écope ainsi d’une 2e peine : la honte en public !

TF1 n’avait pas traité cette info dans le 13h00, ce jour-là, on sent peut-être le recul procuré par 24 heures de traitement journalistique ?

Est-ce praticable ?

Je vous écoute, justement…

Vous allez dire : « qu’est-ce que c’est manichéen ! La réalité est plus complexe. » Oui mais il faut rester simple si on veut bâtir quelque chose de praticable. 8 critères, c’est déjà beaucoup trop ! Je pense aboutir à 6 pour la version n°1 publiée dans le mémoire remis prochainement.

En fait, vous remarquerez que les critères se recoupent bien souvent. Ce sont autant d’entrées dans la même idée, centrale chez Marie Josée Mondzain, qui est celle-ci. Regarder cette image, est-ce que ça me construit – ou me maintient – sujet libre, parlant, désirant et agissant ? Ou est-ce que cela m’anéantit, en me faisant rejoindre la masse indistincte d’un public dont on s’arrache des parts d’audience ? Deux pôles susceptibles d’orienter une dynamique engendrée en nous par les images que nous regardons. Dans telle ou telle expérience que le spectateur fait d’une image, quelle orientation prévaut ?

8 critères, ce sont 8 possibilités de relire son expérience de l’image, en direct ou juste après. Si un critère ne marche pas, essayez un autre. Les essayer tous permet de vérifier une tendance lourde.

Notez aussi que le contexte joue sur une expérience donnée. Cette boussole pourra peut-être orienter mes choix dans le contexte de mes usages. Par exemple, pour une même image donnée, je choisis volontairement de la regarder plus tard. J’attends le cadre d’un documentaire qui a du recul et du temps d’explication, pour accepter de regarder la vague désastreuse du tsunami de 2011. (C’est ce que je ne fis pas).

A vous !


P.S :  Homo Spectator a été publié par Bayard éditions en 2007.

La boussole a été réalisée avec le logiciel gratuit d’arborescences logiques  Xmind.

8 reperes pour choisir ses images