Une image qui donne chair

Jeudi 15 mai 2014 sur LCP, j’ai fait l’expérience du pouvoir de l’image d’incarner une réalité abstraite.

Les 5 candidats côte à côte

Il s’agissait du débat entre les cinq candidats déclarés à la présidence de la Commission européenne, retransmis dans plus de 30 pays en direct (Eurovision), pour rejoindre plus de 400 millions d’électeurs.

Pour moi, Européen favorable à une Europe plus intégrée politiquement et plus solidaire, ce fut un très grand moment, bien plus que je ne l’imaginais. Un moment historique ! A ce qu’on disait, c’était le premier débat politique en direct retransmis dans toute l’Union Européenne. Tous les Européens y étaient conviés pour assister à une discussion entre leurs représentants potentiels, au sujet de leur passé et de leur avenir commun en Europe.

Verhofstadt-et-Juncker-le-15-mai-2014
Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (PPE) et le Belge Guy Verhofstadt (ADLE)

Tares

Certes, on pouvait regretter :

–        La superficialité des propos réduits à des tranches d’une minute par candidat, qui ne pouvaient entrer dans les détails et fournir des exemples concrets, dans les 90 minutes imparties.

–        L’absence de paroles plus franchement eurosceptiques, qui auraient rendu le débat plus contradictoire, plus démocratique et plus intéressant.

–        La difficulté d’accès au débat, d’une part diffusé en France sur 3 petites chaînes, et d’autre part traduit de l’anglais au français en direct, en voix off, ce qui supposait un effort d’attention soutenu, surtout les 15 premières minutes. (on peut imaginer que cela a découragé plus d’une bonne volonté).

Un compte-rendu plus complet et équilibré se trouve sur l’Express.

Emerveillement

J’ai éprouvé une sensation d’émerveillement. Enfin l’Europe me semblait avoir pris chair pour la première fois à mes yeux. Enfin elle semblait exister, se rapprocher de moi, citoyen. Comment cela s’est-il fait ? Qu’est-ce qui a rendu cela possible ?

L’Europe soudain s’est incarnée dans une discussion partagée par des millions d’auditeurs réels ou potentiels à travers toute l’Union Européenne. A chaque téléspectateur s’adressaient successivement les cinq candidats. Je les découvrais de fait ce soir là, avant je ne les connaissais que de nom. J’entendais et je regardais chacun, parlant à l’ensemble des citoyens électeurs.

animateurs

Les animateurs : un Anglais et une Italienne.

Debat-europeen_4_plan-ensemble

Nous sommes dans un Parlement européen strasbourgeois plein à craquer.

Il y avait le candidat centriste Guy Verhofstadt, réaliste, énergique et volontaire. Le conservateur Jean-Claude Juncker, paternel et rassurant. Le social-démocrate Martin Schulz, bonhomme, l’air sérieux et concerné, soucieux du sort des travailleurs. Alexis Tsipras, en extrême gauche assez modéré finalement, debout et calme pour invoquer une réduction des dettes nationales par leur annulation, et pour défendre étrangement la politique russe actuelle en Ukraine. Et surtout… la rayonnante Ska Keller pour les écologistes, incarnant naturellement jeunesse, féminité, beauté et optimisme (un très léger sourire accompagnant toutes ses interventions). Sa fraîcheur et son dynamisme faisait souffler un vent d’avenir et d’optimisme : pas évident quand on sait ce qui nous attend côté environnement !

Ska-Keller_15-mai-2014
L’Allemande Ska Keller, née en 1981, élue candidate des Verts par les militants écologistes d’Europe.

En fait j’ai déjà tout dit ! L’Europe existe davantage politiquement si elle devient un dialogue partagé par ses citoyens. Sur l’aspect philosophico-politique de la chose, cela rappelle fortement la théorisation de Jürgen Habermas à propos de l’espace public. Même si l’idéal formulé par cette thèse n’est pas atteignable, je reconnais que dans mon salon hier soir, j’ai vécu quelque chose de cet idéal qui s’est en partie réalisé.

The right place to be

Avant cette émission, c’était quoi l’Europe ? Comment percevais-je le débat politique européen ? Des articles dans les journaux, des commentaires et analyses dans les blogs et à la radio. La TV, elle, en restait à mes yeux à des micro-reportages superficiels et à la retransmission systématique de petites phrases lapidaires de nos « têtes politiques de gondole » naviguant sur les clichés. Ainsi l’Union Européenne m’apparaissait finalement sous un angle technocratique, mot utilisé sans forcément y voir le côté péjoratif de la chose. Il y avait toujours un intermédiaire entre moi et l’Europe : le journaliste expert.

Jeudi 15 mai, j’ai senti qu’on était au bon endroit. Des personnes pour qui j’allais voter, des élus potentiels, me parlaient directement. Par ailleurs, j’ai senti que, cette discussion concernant un seul ensemble de 500 millions d’habitant, on avait vraiment la masse critique pour faire le poids face aux vieux et nouveaux géants de notre monde. Ce n’était donc pas des mots en l’air que j’entendais, frappés du sentiment d’impuissance que m’inspire le débat entre les deux grands partis français qui alternent au pouvoir depuis 30 ans, pendant que le bateau France est entraîné lentement vers le fond par une dette publique record. Ce soir là, on discutait au bon niveau, au bon endroit. Au fond, la sortie du tunnel n’était plus qu’une question d’organisation (politique bien sûr). On en n’était plus si loin finalement. Juste une question de disponibilité et de volonté… de la part des citoyens ! Si les grands médias (TF1, F2) avaient pu y contribuer, cela aurait été un plaisir bien sûr.

Certes, de ce point de vue, il y a eu beaucoup trop de téléspectateurs potentiels et sans doute pas assez de téléspectateurs réels. (Je n’ai pas réussi à dégoter les audiences de LCP et itélé pour la France ce soir-là.) Cela dit, merci à l’image médiatique en direct et à ceux qui l’ont utilisée de manière inédite pour donner chair à l’Union Européenne.

Un débat qui fera rougir de honte France TV


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *